Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 26 octobre |
Saint Demetrius
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Vincent Lambert : le bras de fer reprend entre ses parents et le CHU de Reims

© DR

Philippe Oswald - Publié le 15/07/15

Nouveau sursis pour le jeune homme et ses parents qui ne veulent pas qu’on le fasse mourir : le CHU de Reims doit relancer toute la procédure tandis que ses parents luttent pour qu’il soit placé dans un autre établissement.

Convoqués ce 15 juillet à l’hôpital de Reims où se trouve leur fils, les parents et la famille de Vincent Lambert se sont vu signifier par l’équipe médicale qu’elle allait reprendre "toute la procédure collégiale depuis le début" (20 minutes). La question est toujours de savoir si les médecins vont ou non arrêter l’alimentation et l’hydratation du jeune homme, incapable de se nourrir lui-même depuis l’accident de moto qui l’a plongé dans un état "pauci-relationnel" il y a sept ans. Cela reviendrait à l’euthanasier puisqu’il ne s’agit pas d’une personne en fin de vie qui serait victime d’un acharnement thérapeutique. Une partie de la famille de Vincent Lambert, dont son épouse, le souhaite ; une autre partie, dont sa mère et son père, Viviane et Pierre Lambert, s’y oppose formellement.

Une nouvelle procédure collégiale

La décision du Conseil d’État validant l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation du 20 juin 2014 puis sa validation par la Cour européenne des droits de l’homme le 5 juin 2015 (Aleteia) ne permettent pas pour autant la mise en œuvre d’un tel "protocole" en raison d’une faille décelée par les avocats des parents de Vincent Lambert : la décision d’arrêt de soins avait été prise en 2013 par un médecin (le docteur Kariger) qui, depuis, a quitté ses fonctions, ce qui oblige l’équipe médicale à entreprendre une nouvelle procédure collégiale. Pour maître Paillot, l’un des avocats des parents de Vincent Lambert, rien n’est donc joué : "Si les parents ne sont pas entendus et si nous estimons que cette nouvelle procédure collégiale ne correspond pas aux droits fondamentaux de Vincent, nous saisirons le tribunal administratif" (Gènéthique).

En outre, Viviane Lambert a annoncé ce 15 juillet, à son arrivée au CHU de Reims, qu’elle et son mari demandaient le départ de Daniela Simon, la directrice du service qui s’occupe de leur fils : "Les parents assurent que cette praticienne est en situation de conflit d’intérêts. Selon eux, elle figurait dans la liste des médecins qui ont conseillé Rachel Lambert lors de la procédure devant la Cour européenne des droits de l’homme qui a validé, en juin, l’arrêt des traitements" (20 minutes).

"Vincent n’est pas un chien"

Les parents de Vincent Lambert veulent soustraire leur fils au CHU de Reims pour le placer dans un autre établissement prêt à le recevoir. "Nous nous battrons jusqu’au bout", avait confié Viviane Lambert à Europe 1 le matin même : "C’est une affaire politique pour faire passer la loi sur l’euthanasie. Que l’on ne se serve pas de mon fils. Je suis là, je suis sa maman, je l’ai porté et mis au monde. Hors de question que je baisse les bras. Qu’on me le donne, je m’en occuperai. J’ai encore de l’énergie. Vincent n’est pas un chien".

"Derrière cette bataille, c’est la question du traitement de toutes les personnes en fin de vie qui est sous-jacente", souligne la Fondation Lejeune qui soutient Viviane Lambert dans son engagement et sa détermination : "Viviane Lambert réaffirme la nécessité et l’urgence de faire la distinction entre ‘laisser partir’ et ‘faire mourir’, distinction qui semble de plus en plus oubliée". Aussi, la Fondation Lejeune propose-t-elle à chacun de s’impliquer en signant l’appel "Sauver Vincent tout simplement" du comité de soutien à Vincent Lambert qui a déjà recueilli près de 48 000 signatures.

Tags:
euthanasieVincent Lambert
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
JOHN PAUL II
Marzena Devoud
Le jour le plus heureux de la vie de Jean Paul II
2
WEB2-PERE-BRUNO-RAFFARA.jpg
Marthe Taillée
Bruno Raffara, père, grand-père et prêtre
3
Maria Paola Daud
Pourquoi Michel-Ange n’a-t-il jamais terminé cette Pietà ?
4
WEB2-MISSEL-FORMATION-ABBENICO.jpg
Agnès Pinard Legry
Les prêtres se préparent à un grand changement
5
I.Media
Le pape François révèle les pays qu’il visitera dans les prochain...
6
ZITA
Mathilde de Robien
Cette magnifique prière gravée dans les alliances de Charles et Z...
7
WEB2-POITIERS-shutterstock_1857434686.jpg
Bérengère Dommaigné
À Poitiers, un établissement catholique reçoit des menaces
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement