Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 14 mai |
Saint Matthias
home iconActualités
line break icon

Grèce, crucifix marxiste, diplomatie… Ce que le Pape a dit dans l’avion du retour d’Amérique latine

La rédaction d'Aleteia - Radio Vatican - Publié le 14/07/15

Comme le veut la tradition, le Pape a donné une conférence de presse dans l'avion du retour de son voyage apostolique. Morceaux choisis.

L’occasion pour le Souverain Pontife de revenir en détails sur les temps forts et les rencontres de son voyage apostolique de huit jours en Amérique latine, l’occasion aussi de parler de sujets brûlants d’actualité comme la crise grecque. L’actualité s’est en effet invitée lors de la conférence de presse.

Grèce : les gouvernements ont conduit le pays à cette situation

Que pense François du cas grec ? "Ce serait trop facile de dire que la faute est celle d’un seul camp", a t-il répondu. Le Pape se refuse de donner raison à qui que ce soit. "Les gouvernements grecs qui ont conduit le pays à cette situation de dette internationale ont une responsabilité. Avec le nouveau gouvernement, on a vu une révision assez juste." Le Pape espère qu’une voie sera trouvée pour résoudre le problème grec, mais aussi un outil de "surveillance" pour que d’autres pays "ne tombent pas" dans le même problème, car "cette voie des prêts et des dettes ne finit jamais". Le Pape argentin s’interroge : si une entreprise fait faillite, pourquoi un pays ne le pourrait-il pas, afin qu’on lui apporte de l’aide ?

Le Pape a également été interrogé à plusieurs reprise sur son discours devant les mouvements populaires. François avait alors, notamment, critiqué les politiques d’austérité, mais aussi le système économique actuel qui impose le profit à tout prix.

Le crucifix en forme de marteau et de faucille

Concernant le cadeaux d’Evo Morales, un crucifix en forme de faucille et de marteau, le Pape s’est dit tout d’abord "étonné". "Je ne savais pas que le père Luis Espinal était sculpteur et aussi poète, je l’ai su ces jours-ci et ce fut pour moi une surprise." Cette œuvre relève de "l’art de la contestation, qui peut, dans certains cas, être offensif". Dans ce cas concret : le père Espinal a été tué en 1980, au moment de la théologie de la libération, une théologie qui avait de nombreuses déclinaisons, et une de celles-là utilisait l’analyse marxiste de la réalité, et le père Espinal adhérait à ce courant. Le Pape rappelle qu’à l’époque le supérieur général des Jésuites, le père Arrupe, a écrit une lettre adressée à toute la Compagnie de Jésus sur l’analyse marxiste de la réalité pour tâcher de l’enrayer. "Non, cela ne va pas."

Quatre année plus tard, François souligne qu’en 1984, la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié "un petit volume, le premier sur la théologie de la libération pour la critiquer". François invite à faire l’herméneutique de cette époque. "Espinal était enthousiasmé par cette analyse de la réalité marxiste, ainsi que de la théologie utilisant le marxisme. C’est de là que vient cette œuvre. Les poésies d’Espinal appartiennent également à ce genre de la contestation, mais c’était sa vie, sa pensée, c’était un homme spécial, avec tant de génialité humaine, et qui luttait de bonne foi. En faisant une herméneutique de genre, je comprends cette œuvre. Et pour moi, (ce cadeau) n’a pas été une offense. Mais j’ai dû faire cette herméneutique et je vous le dis pour qu’il n’y ait aucune opinion erronée." Le Pape a conservé le Christ offert par le président bolivien.

Tout au long de la conférence de presse, le pape François a insisté sur ce concept d’herméneutique. Il a même donné un conseil aux journalistes : "Un texte ne peut s’interpréter avec une seule phrase, l’herméneutique doit se faire selon le contexte. Si on parle du passé, il faut interpréter ce fait avec l’herméneutique de cette époque".

"L’économie d’aujourd’hui tue"

Expression revendiquée de François qu’on retrouve dans Laudato si’ et Evangeli Gaudium. Un propos qui est mal perçu aux États-Unis, terre capitaliste, souligne un journaliste. Le Pape dit avoir pris connaissance de critiques, mais n’a pas encore eu le temps de les étudier pour pouvoir dialoguer. Il le fera avant septembre, date de son prochain voyage à Cuba et aux États-Unis. Deux pays dont il se réjouit du rapprochement historique annoncé le 17 décembre dernier.

  • 1
  • 2
Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
PADRE PIO,I ABSOLVE YOU
Philip Kosloski
La puissante prière de guérison de Padre Pio
2
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
3
FIRST COMMUNION
Edifa
Les écueils à éviter avant et après la première communion de son ...
4
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
5
Anne Bernet
À Laval, l’irréductible (basilique) Notre-Dame d’Avesnières
6
KŁÓTNIA MAŁŻEŃSKA
Gelsomino Del Guercio
Cinq « virus » qui pourrissent la vie de couple
7
PLANOWANIE BUDŻETU DOMOWEGO
Edifa
L’argent dans le couple : comment éviter les conflits ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement