Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 04 août |
Saint Jean-Marie Vianney
home iconAu quotidien
line break icon

Et si pour mieux aimer ses enfants, il fallait d’abord s’aimer soi-même ?

Public domain

http://pixabay.com/en/mother-fun-baby-happy-smiling-84628/

Anne-Malouine Corbin - Fabuleuses au Foyer - Publié le 13/07/15

Sur le site des Fabuleuses au Foyer, Anne-Malouine Corbin rappelle l'importance pour les femmes de prendre du temps pour elles, pour apprendre à se connaître et s'épanouir en tant que femmes, épouses et mères.

Pas facile, en 2015, de concilier nos envies d’hommes et de femmes avec les contraintes de notre quotidien et les influences extérieures. Pas facile de trouver le juste milieu entre excès d’amour et indifférence, entre laisser-faire et autoritarisme, entre épanouissement personnel de son enfant et réalités de la vie.

Et pourtant, nous rêvons tous d’une vie familiale harmonieuse et fluide où chacun puisse trouver sa place et toute sa place. Nous le savons bien aussi, les mamans ont encore aujourd’hui un rôle prépondérant dans la vie de famille. Mais cela signifie-t-il obligatoirement qu’elles doivent passer après tout le monde ? Cela signifie-t-il qu’elles doivent "s’oublier" pour être une bonne mère ? La définition de la "bonne mère" n’existe pas. Ce qui est sûr en revanche, c’est qu’une femme qui se connaît bien, qui connaît ses qualités et ses défauts et sait en tirer parti, aura plus de chances de mieux vivre sa vie de femme et de maman.

Mieux se connaître pour mieux s’aimer

Apprendre à se connaître n’est pas une attitude égoïste ou nombriliste. Mieux se connaître permet à terme de mieux s’accepter telle que l’on est, de mieux s’aimer soi-même. Comment puis-je bien aimer les autres si je ne m’aime pas ? Comment puis-je comprendre les autres et donc mieux les accompagner, si je ne me connais pas ?
Beaucoup de mamans le disent, pas facile de dire non à nos petits bouts ! "Mais tu comprends, si je lui dis non, il va être malheureux !" Et parfois cela débouche sur des cris que l’on regrette ensuite. Se connaître, c’est accepter ses limites. Par exemple, je sais qu’au-delà d’une certaine heure, j’ai besoin de calme et de repos, sinon je craque. Lire la suite sur le site des Fabuleuses au foyer

Tags:
maternité
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
La mise en garde du pape François contre la « tentation idolâtre ...
2
Lauriane Vofo Kana
Un livre pour garder l’espérance en temps de covid se hisse...
3
C8 Messe 15 août
La rédaction d'Aleteia
La diffusion de la messe du 15 août sur C8 fait réagir
4
Jeanne et Jean Bodet - Bébé Cotignac
Lauriane Vofo Kana
Meurtris par quatre fausses couches, ils accueillent leur « bébé ...
5
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
6
MESSE-TRIDENTINE
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : « L’occasion d’un rapprochement en v...
7
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : les processions mariales se tiendront-elles cett...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement