Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Chine : plus de 500 croix détruites en deux ans

© China Aid Association
Partager

En une semaine, la campagne communiste a frappé cinq églises catholiques dans les diocèses de Taizhou et de Hangzhou, et plus seulement à Wenzhou où les croix ont été décimées.

La campagne de démolition "trois rectifications pour une démolition" entreprise par les autorités de la province de Zhejiang se poursuivent, voire s’étendent d’un diocèse à l’autre, comme le signale des sources locales à Ucanews. Celles-ci font état du retrait de cinq croix sur cinq églises catholiques en une semaine : quatre dans le diocèse de Taizhou et une dans le diocèse de Hangzhou. Et plus seulement dans le diocèse de Wenzhou où les autorités, depuis mai dernier, concentraient leurs interventions. 

Pas plus d’un dixième de la hauteur de la façade

La campagne antichrétienne bat son plein depuis deux ans. Mais depuis mai dernier, le parti communiste chinois (PCC) a franchi un nouveau pas en l’accompagnant de nouvelles règles qui "encadrent strictement" la présence de croix sur les toits des édifices religieux catholiques et protestants : les croix doivent être placées sur les façades et non plus au sommet des églises ou des clochers. Leur taille ne doit pas dépasser un dixième de la hauteur de la façade et leur couleur doit se confondre avec celle de l’édifice.

Jusqu’à présent les autorités se limitaient à Wenzhou, surnommée "la Jérusalem d’Orient", en raison du grand nombre d’églises présentes sur son sol, mais aujourd’hui elles poussent plus loin en ciblant d’autres diocèses. Le 2 juillet dernier, ce sont les croix des églises de Songmun, Xinhe, Muyu et Dasi du diocèse de Taizhou qui ont été démolies et celle de l’église Xiaoshan du Sacré-Coeur de Jésus, dans le diocèse de Hangzhou. 

Plus de 500 croix détruites en deux ans

Selon Bob Fu, de China Aid, organisation basée aux États-Unis et soutenant les chrétiens de Chine, en deux ans, ce sont plus de 500 croix surmontant ou ornant des lieux de culte chrétiens, catholiques comme protestants, qui ont été démontées ou abattues, et 35 lieux de culte rasés au sol. Une source catholique à Hangzhou, rapportée par le site italien Tempi.it, fait savoir que "les curés de paroisse sont soumis à des pressions" constantes qu’ils doivent "affronter seuls". Les autorités, ajoute cette source, menacent les prêtres de démolir directement leurs églises s’ils ne laissent pas enlever et détruire leurs croix, ceci constituant pour eux "un vrai dilemme". Une autre église de Fuyang a été notifiée le mois dernier et s’attend à subir le même sort. Les autorités auraient déclaré que "seule la cathédrale catholique et deux églises protestantes échapperaient à la campagne".

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]