Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 28 juillet |
Saint Samson
home iconÉglise
line break icon

Chine : Quatre journaux de martyrs dans la Chine de Mao

© Stephen Finn/SHUTTERSTOCK

Eglises d'Asie - Publié le 08/07/15

Les journaux intimes rédigés par quatre chrétiens persécutés au cours des premières années de la révolution communiste sont rassemblés dans un ouvrage publié en italien. Saisissant !

Le 9 juillet, l’Église célèbre la fête de 120 martyrs de Chine canonisés par Jean Paul II le 1er octobre 2000. On se souvient que, pour l’Église catholique, le choix de ce dimanche 1er octobre, "des Missions" de l’Année Sainte 2000, pour canoniser des martyrs de Chine résonnait d’une manière toute particulière, le 1er octobre étant aussi la fête de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, patronne des Missions et carmélite qui aurait rêvé de partir comme missionnaire en Chine.

Une coïncidence qui a fâché Pékin

On se souvient aussi que, bien qu’aucun des 120 martyrs canonisés n’appartienne à la période communiste, le choix de la date du 1er octobre souleva les plus vives protestations du gouvernement chinois, ce jour coïncidant avec la fête nationale chinoise, le 1er octobre 1949 étant ce jour où Mao Zedong proclama l’avènement de la République populaire de Chine, place Tian’anmen à Pékin.

Depuis cette date, si, pour ce qui concerne l’Asie, l’Église a accepté d’ouvrir des procès en béatification pour des martyrs victimes, au Laos (Aleteia) et au Cambodge (Aleteia), des communistes et des troubles qui ont accompagné leur prise du pouvoir, Rome n’a pas, à ce jour, ouvert de nouvelles causes concernant les victimes directes des communistes chinois. On peut subodorer qu’au Vatican, on estime que la relation avec Pékin est suffisamment délicate pour ne pas la compliquer par des causes en béatification de témoins (le sens originel du mot "martyr") victimes des exactions de communistes dont les héritiers directs sont toujours au pouvoir en Chine continentale.

"Enchaînés pour le Christ"

Ces dernières décennies, des livres ont néanmoins documenté les épreuves traversées par les catholiques de Chine après 1949. On peut ici mentionner l’ouvrage du père François Dufay, prêtre des Missions étrangères de Paris : "En Chine, l’étoile contre la croix", paru en 1955 chez Casterman ; ce livre essentiel est une étude rigoureuse des méthodes communistes de lavage du cerveau et une description méthodique des moyens utilisés pour faire "craquer" les prisonniers de Mao. D’autres depuis ont paru. Parmi les plus récents d’entre eux, on peut signaler le livre qui vient de paraître aux Éditions missionnaires italiennes (EMI), à Bologne : Enchaînés pour le Christ. Journaux de martyrs dans la Chine de Mao (In catene per Cristo. Diari di martiri nella Cina di Mao).

Sous la direction du journaliste et éditeur Gerolamo Fazzini, avec une préface du père Bernardo Cervellera, directeur de l’agence AsiaNews, ce livre de 416 pages, non traduit en français, offre quatre témoignages directs des persécutions exercées dans les années 1950 et 1960. Quatre journaux intimes rédigés par quatre chrétiens qui ont été persécutés au cours des premières années de la révolution communiste. Des journaux intimes qui étaient devenus presque introuvables, mais qui sont maintenant de nouveau disponibles, édités pour la première fois dans leur texte intégral, et proposés au grand public.

La vérité, loin du Petit livre rouge

Les quatre témoins sont, par ordre d’apparition dans le livre : Mgr Gaetano Pollio, missionnaire italien de l’Institut pontifical des missions étrangères (PIME), puis archevêque de Kaifeng (actuelle province du Henan), arrêté et condamné aux travaux forcés pendant six mois en 1951 ; Mgr Dominique Tang Yee-ming, jésuite, archevêque de Canton, incarcéré sans procès préalable pendant 22 ans sans que personne ne sache plus rien à son sujet, au point qu’il ait pu être considéré comme mort ; Jean Liao, catéchiste, emprisonné dans un laogai pendant 22 ans, uniquement pour avoir été et être resté un fidèle catholique ; le père Léon Chan, quatre ans et demi de prison, l’un des premiers prêtres chinois à avoir fui à l’étranger et à avoir raconté la vérité à propos de la Chine, justement au cours de ces années 1960 où le Petit livre rouge de Mao était très à la mode en Occident en tant que symbole de liberté et d’émancipation. Lire la suite sur le site de l’agence d’information des Missions étrangères de Paris (MEP), Églises d’Asie

Tags:
chinemartyrs
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
4
POPE FRANCIS
La rédaction d'Aleteia
Une indulgence plénière accordée ce dimanche 25 juillet
5
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
6
Christophe Dickès
Traditionis Custodes : « La diversité des rites fait la richesse ...
7
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement