Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Michael Lonsdale, la voix française de Padre Pio

© Arthur Herlin
Partager

Connu pour son rôle de méchant dans le James Bond « Moonraker », mais aussi pour ses nombreux rôles de religieux, l’acteur de 84 ans vient de terminer le doublage de la version française du film « Padre Pio », sorti en DVD.

À l’occasion de la sortie du DVD Padre Pio en version française, nous avons rencontré Michael Lonsdale, qui a participé au doublage de ce téléfilm italien sorti en 2000 sous le titre Padre Pio, Tra cielo e terra, (Padre Pio, entre ciel et terre). Michael Lonsdale double fidèlement la voix de l’excellent acteur Sergio Castellito qui interprète le Padre de 30 à 80 ans. Catholique engagé habitué aux rôles de religieux, Michael Lonsdale participe au mouvement pour le Renouveau charismatique et a cofondé un groupe de prière appelé Magnificat, destiné plus spécialement aux artistes.

Aleteia : Quel est ce film auquel vous venez de collaborer ?
Michael Lonsdale : Il s’agit d’un film consacré à la vie de Padre Pio, ce grand mystique et sainte personne, qui est fascinant. C’est une vie mouvementée, pleine d’événements extraordinaires tels que des guérisons miraculeuses… C’était un homme qui savait voir à travers les êtres humains. Ce n’était pas la peine de lui raconter des salades, il pouvait tout lire de ce que vous étiez, il savait même ce dont vous aviez besoin ! C’est un film sur sa vie et l’on ma sollicité pour doubler sa voix en français.

Un saint en particulier vous a-t-il inspiré dans votre vie ?
M. L. : La petite Thérèse de Lisieux m’a complètement aidé à changer de direction. Et puis il y a eu des rencontres, mais très courtes, en particulier avec saint Jean Paul II à Castel Gandolfo. Je l’avais invité à un spectacle sur sainte Thérèse de Lisieux et il nous a parlés après, j’ai même eu un petit entretien avec lui. Seulement quelques minutes mais c’était inoubliable. Surtout quand il m’a donné sa main… Je l’ai gardée un peu plus longtemps qu’une simple poignée de main. Il s’est passé quelque chose, il avait une main d’une bonté incroyable.

Quel est votre sentiment sur ce que subissent les chrétiens dans le monde, en particulier en Orient ?
M. L. : Je n’ai pas de sentiment particulier, mais je fais plus une constatation. Je suis navré de ce qui se passe actuellement et qui ne fait que commencer. C’est vraiment la "guéguerre" pour ne pas appeler cela une guerre, car ce sont des bandes armées avec des mitrailleuses qui terrorisent et tuent les gens. Sans compter les attentats… Oui, je crois que l’on est mal partis. Donc c’est le moment, comme dirait Charles Péguy, "de songer à la petite Espérance qu’il ne faut pas laisser mourir". Il ne faut pas sombrer avec le désastre, mais nous allons vivre une périodre très douloureuse. C’est fou ces musulmans qui n’obéissent absolument pas à ce que le Coran leur demande.

Propos recueillis par Arthur Herlin

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]