Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jean Paul II : 10 précieuses citations tirées de sa Théologie du corps

© GIANCARLO GIULIANI/CPP
Partager

Pourquoi avons-nous été créés homme et femme ? Pourquoi l’homme et la femme étaient-ils, depuis l’origine, appelés à la communion…

La Théologie du corps est un recueil de 129 catéchèses que saint Jean Paul II a consacrées au sujet le mercredi, entre 1979 et 1984. Elles constituent un trésor d’une grande profondeur théologique sur ce que signifie être homme et femme en rapport l’un avec l’autre et avec Dieu. Voici dix précieuses citations de cette Théologie du corps que Jean Paul II a magistralement développée :

1. L’homme et la femme sont créés à l’image de Dieu
L’être humain que Dieu a créé "homme et femme" porte l’image divine gravée dans le corps "depuis l’origine" ; l’homme et la femme constituent presque deux modes différents de l’être humain comme "corps" dans l’unité de cette image. (2 janvier 1980)

2. L’homme et la femme ont été faits l’un pour l’autre
L’homme, par lui-même, ne réalise pas totalement cette essence [d’être une personne]. Il la réalise seulement en existant "avec quelqu’un" — et encore plus profondément et plus complètement en existant "pour quelqu’un". (…) Une communion des personnes signifie exister dans un "pour" réciproque, dans une relation de don réciproque. (9 janvier 1980)

3. Notre corps nous permet de devenir un don pour les autres dans l’amour
Le corps humain (…) contient depuis "l’origine" (…) la capacité d’exprimer l’amour : cet amour dans lequel précisément l’homme-personne devient don et — par l’intermédiaire de ce don — réalise le sens même de son essence et de son existence. (16 janvier 1980)

4. Le corps révèle le mystère de l’amour de Dieu pour les êtres
Le corps, et seulement lui, est capable de rendre visible ce qui est invisible : le spirituel et le divin. Il a été créé pour transférer dans la réalité visible du monde le mystère caché en Dieu depuis l’éternité [l’amour de Dieu pour l’homme] et en être ainsi le signe. (20 février 1980)  

5. Le mariage est la plus antique révélation du plan de Dieu
Le mariage [est] la plus antique révélation (et "manifestation") de ce plan dans le monde créé, et la révélation et "manifestation" définitive, la révélation donc du fait que "le Christ a aimé l’Église et s’est donné Lui-même pour elle" (Ep 5,25), conférant à son amour rédempteur un caractère et un sens sponsaux. (8 septembre 1982)
 
6. Le mariage est l’union en une seule chair
Le mariage (…) [est] sacrement dans lequel l’homme et la femme, appelés à devenir "une seule chair", participent à l’amour créateur de Dieu Lui-même. Et ils y participent soit du fait que, créés à l’image de Dieu, ils ont été appelés en vertu de cette ressemblance à une union particulière ("communio personarum"), soit parce que cette union même a été dès le début bénie de la bénédiction de la fécondité. (15 décembre 1982)

7. Les maris sont appelés à aimer leurs femmes comme aime le Christ, et les femmes à se soumettre parce qu’elles aiment le Christ
C’est surtout le mari celui qui aime et la femme, celle qui est aimée. On pourrait même risquer l’idée que la soumission de la femme au mari, entendue dans le contexte de la lettre aux Éphésiens (Ep 5,22-33), voudrait dire surtout éprouver l’amour. D’autant plus que cette soumission se réfère à l’image de la soumission de l’Église au Christ, qui consiste à coup sûr à goûter son amour. (1er  septembre 1982)

8. La vocation au mariage requiert de comprendre la Théologie du corps  
Ceux qui cherchent l’accomplissement de leur vocation humaine et chrétienne dans le mariage sont appelés avant tout à faire de cette "Théologie du corps" dont nous trouvons l’"origine" dans les premiers chapitres du livre de la Genèse, le contenu de leur vie et de leur comportement. En effet, combien indispensable est sur la route de cette vocation, la conscience approfondie de la signification du corps dans sa masculinité et dans sa féminité ! Combien est nécessaire une conscience précise de la signification sponsale du corps, de sa signification procréatrice ! (2 avril 1980)  

9. La sexualité humaine est un don de soi dans le mariage et l’aptitude à procréer
Parce que en même temps "l’acte conjugal unit profondément les époux" (…), et "les rend aptes à la génération de nouvelles vies", et que l’un et l’autre adviennent "en raison de sa structure intime", il en résulte que la personne humaine "doit" (par besoin propre de la raison) considérer en même temps les "deux significations de l’acte conjugal" et aussi "le lien indissoluble entre les deux sens de l’acte conjugal". Ici, il ne s’agit de rien d’autre que de lire dans la vérité le "langage du corps". (11 juillet 1984)

10. Christ est le modèle du mariage chrétien
Le Christ manifeste l’amour dont Il l’a aimée [l’Église] "en se donnant pour elle". Cet amour est une image et surtout un modèle de l’amour que le mari doit manifester à sa femme dans le mariage, quand tous deux sont soumis l’un à l’autre "dans la crainte du Christ". (25 août 1982)

Adapté de l’italien par Élisabeth de Lavigne

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]