Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Miracle eucharistique : le mystère des 230 hosties de Sienne

© Chema Cancellón
Partager

Elles sont miraculeusement conservées depuis 276 ans. Mais tout commence par un cambriolage, en 1730...

Depuis 276 ans, 223 hosties sont conservées, intactes, dans la basilique Saint-François, à Sienne (Italie). Le scientifique Enrico Medi s’exprime à ce sujet : « Cette intervention directe de Dieu est le miracle (…) qui témoigne depuis des siècles de la présence réelle du Christ dans le sacrement eucharistique ».

Des voleurs s’emparent de 351 hosties

C’est  le 14 août 1730 que le miracle a eu lieu, selon le mémoire de l’événement rédigé la même année par un certain Macchi. Il raconte que, ce jour-là, des voleurs s’introduisirent dans la basilique et volèrent le ciboire, qui contenait 351 hosties consacrées. Trois jours plus tard, le 17 août, on retrouva dans le tronc de l’église du sanctuaire de Sainte-Marie de Provenzano les 351 hosties, intactes. Elles apparurent mêlées à la poussière qui s’était accumulée au fond du tronc. Le peuple accourut pour fêter la récupération des saintes hosties qui furent aussitôt rapportées en procession à l’église Saint-François.

Les années passèrent, et l’on n’observait dans les hosties aucune des altérations qui auraient dû survenir naturellement. Le 14 avril 1780, le ministre général des Frères mineurs, le père Carlo Vipera, consomma une des hosties et constata qu’elle était fraîche, ne montrant aucune corruption. Quelques-unes ayant été distribuées au cours des années précédentes, le supérieur ordonna alors de garder, sans jamais les distribuer, les 230 hosties restantes dans un nouveau ciboire.

Un test entre hosties consacrées et non consacrées

En 1789, désireux de faire toute la lumière sur ce phénomène inexplicable, l’archevêque de Sienne, D. Tibério Borghese, garda quelques hosties non consacrées dans un récipient dans des conditions identiques à celles des hosties consacrées. Dix ans plus tard, une commission de scientifiques, sélectionnés tout spécialement pour étudier ce cas, ouvrirent le récipient et n’y trouvèrent que vermine et fragments moisis. Alors que les hosties consacrées étaient conservées telles qu’on peut les voir jusqu’à aujourd’hui, contredisant toutes les lois physiques et biologiques. En 1850, un test similaire fut effectué, avec les mêmes résultats.

Toujours fraîches et intactes

À plusieurs reprises, les hosties furent examinées par des personnes de confiance ou illustres par leur savoir, mais les conclusions furent toujours les mêmes : « Les particules sacrées sont toujours fraîches, intactes, physiquement incorrompues, chimiquement pures et ne montrent aucun début de corruption ». La plus qualifiée des inspections eut lieu en 1914, lorsque le pape saint Pie X autorisa un examen auquel participèrent de nombreux professeurs de bromatologie, hygiène, chimie et pharmacie. Les scientifiques conclurent que les hosties avaient été préparées sans aucune précaution scientifique et qu’elles avaient été gardées dans des conditions normales, facteurs qui auraient dû les conduire à se dégrader naturellement. Cependant, elles étaient en si bon état qu’elles pouvaient être consommées 184 ans après le miracle.

« En parfait état de conservation contre toute loi physique et chimique »

Le professeur Siro Grimaldi, un chimiste réputé de l’université de Sienne et directeur du Laboratoire municipal de chimie, était le principal scientifique de la commission de 1914. Il écrivit un livre fourmillant de détails précieux, intitulé Un savant adore. En 1914, il déclara : « La farine de blé est le meilleur terrain de culture des micro-organismes, des parasites animaux et végétaux, de la fermentation lactique et putride. Les hosties de Sienne sont donc en parfait état de conservation contre toute loi physique et chimique et malgré les conditions totalement défavorables dans lesquelles on les a trouvées et conservées. Il s’agit d’un phénomène singulier, absolument anormal : les lois de la nature se sont inversées, le verre s’est moisi, tandis que la farine s’est révélée plus réfractaire que le cristal ». 

Pages: 1 2 3

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]