Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 janvier |
Saint Thomas d'Aquin
home iconActualités
line break icon

Les écoutes américaines provoquent une crise entre Paris et Washington

© Trans World Productions

Philippe Oswald - Publié le 24/06/15

D’après des documents américains classés top secret que s’est procuré Wikileaks, la NSA a espionné les trois derniers présidents français ainsi que des ministres et des hauts fonctionnaires.

Branle-bas de combat à l’Élysée ce matin où le chef de l’État a réuni dès 9 h un conseil de Défense exceptionnel. Autour de François Hollande, Manuel Valls, Laurent Fabius, Bernard Cazeneuve, Stéphane Le Foll ainsi que les principaux responsables militaires et des services de renseignement.

"Des faits inacceptables"

Selon des documents confidentiels de la National Security Agency (NSA) que s’est procurés WikiLeaks et qu’ont publiés Mediapart et Libération, les États-Unis auraient mis successivement sur écoute les trois derniers présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande de 2006 à 2012, ainsi que des ministres et des hauts fonctionnaires. À l’issue de sa réunion, le conseil de Défense a publié un communiqué indigné : "Il s’agit de faits inacceptables qui ont déjà donné lieu à des mises au point entre les États-Unis et la France, notamment fin 2013 au moment des premières révélations et lors de la visite d’État du président de la République aux États-Unis en février 2014. Des engagements avaient été pris par les autorités américaines. Ils doivent être rappelés et strictement respectés. La France, qui a encore renforcé son dispositif de contrôle et de protection, ne tolèrera aucun agissement mettant en cause sa sécurité et la protection de ses intérêts".

Selon Le Figaro, l’ambassadrice des États-Unis à Paris a été convoquée par Laurent Fabius au ministère des Affaires étrangères pour s’expliquer sur ces écoutes. "Il est difficile d’accepter qu’entre alliés (…), il puisse y avoir ce genre de pratiques, en particulier sur des écoutes liées au président de la République", a déclaré Stéphane Le Foll. Même condamnation dans l’opposition. Claude Guéant, au micro de RTL, considère qu’il y a "une rupture du pacte de confiance" entre les deux pays. Tous deux conviennent toutefois qu’il n’est pas question pour autant de tourner le dos à l’allié américain.

S’il n’y a rien de fracassant dans les informations publiées aujourd’hui, d’autres suivront, selon le fondateur de Wikileaks, Julian Assange (Boulevard Voltaire). Les Américains se défendent mollement. "Nous ne ciblons pas et nous ne ciblerons pas les communications du président Hollande", s’est contenté de déclarer Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC). Une autre victime de cette affaire pourrait être la technologie française : les personnalités de premier plan disposent depuis 2010 de portables sécurisés développés par la société Thalès. Mais ils sont "un peu massifs", révèle RTL. Résultat, beaucoup préfèrent utiliser leurs smartphones non-sécurisés…

Un vaste système d’écoute international

L’ancien consultant de la NSA, Edward Snowden (réfugié en Russie) avait révélé en 2013 que l’agence américaine avait développé un vaste système d’écoute des conversations téléphoniques et des communications en Allemagne, qui avait permis d’accéder au propre téléphone portable de la chancelière Angela Merkel. Selon quel procédé ? "Selon le Spiegel, c’est du toit de l’ambassade des États-Unis à Berlin qu’opère le SCS ("Special Collection Service", une unité composée de membres de la NSA et de la CIA ), rapporte Le Monde. Un autre document, publié lui aussi par le Spiegel, révèle que le SCS est présent dans de nombreuses capitales européennes, dont la France.

"Généralement, ce dernier cache ses appareils d’écoute dans un faux bâtiment fait d’un matériel spécial laissant passer les ondes, et parfois camouflé en trompe-l’oeil. Un blog spécialisé, sur la foi de photographies satellites, remarquait justement il y a peu que des travaux avaient été réalisés sur le toit de l’ambassade des États-Unis à Paris. Cette dernière est située au milieu de tous les lieux de pouvoir français : à moins d’un kilomètre se trouvent, outre l’Elysée, plusieurs ministères régaliens (Intérieur, Justice, Défense, Affaires étrangères) mais également l’Assemblée nationale."

  • 1
  • 2
Tags:
États-Unisnsa
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
2
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
3
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
4
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
5
Xavier Patier
Séparatisme: "On vise la mosquée radicale et l’obus tombe sur l’é...
6
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
7
Domitille Farret d'Astiès
Partir en mission en Inde, la formidable aventure de la famille C...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement