Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 27 septembre |
Saints Côme et Damien
home iconActualités
line break icon

Bac de philo : nos experts ont planché sur les sujets

DR

bac diplome

La rédaction d'Aleteia - Publié le 17/06/15


Il existe aussi actuellement la tentation de récrire son passé, comme on demande d’effacer son baptême, par exemple. Cela renvoie à ce que nos parents nous ont donné. C’est pour cela que je parle de notion d’héritage. Je ne peux pas refuser ce dont j’hérite. Je peux transformer, transfigurer mon passé, mais c’est à partir de lui que je crée mon présent."

Père Roland-Gosselin : La conscience de l’individu n’est-elle que le reflet de la société à laquelle il appartient ?

"Ce sujet contient le mot de conscience, mot délicat mais magnifique. La formulation du sujet joue sur le parallèle entre conscience et reflet, de même que individu et société sont liés. Ces deux groupes de mots sont à analyser ensemble, pour essayer de trouver quel peut être l’arrière-plan du sujet.

Cet arrière-plan est en fait assez négatif, : on y voit la conscience prisonnière de la société, l’individu aux prises avec la société de consommation, nouveau Léviathan. La forme négative de la problématique accentue cet élan. Effectivement, la conscience est reflet, au sens où elle est un recueil des perceptions des sensations. Il faudrait citer ici Husserl et son étude phénoménologique. En fait, il est difficile pour toute une branche de la philosophie contemporaine (philosophie della mente, philosophie américaine) d’arriver à justifier l’existence de l’esprit humain, en tant que plus que simple reprise des faits physiques, que simple lieu d’enregistrement des évènements. Comment parler d’esprit dans un monde scientifique ?

Sur le couple, individu-société, il devient nécessaire de s’interroger sur le degré d’appartenance à cette société. Est-ce que cette appartenance est automatique ? Peut-on penser que l’individu ait le choix d’appartenir ou non à la société ? Et de quelle société parle-t-on ? De tous ces questionnements, peut jaillir un magnifique appel à la liberté.

La conscience n’est pas que reflet, elle est aussi le lieu de l’intime, de ma propre perception de moi-même, de ce que je suis. Ce lieu de l’intime est à éduquer, il peut se déployer. La conscience est le lieu de mémoire du moi : je peux trier mes perceptions, leur donner de l’importance ou au contraire les penser illusoires. Saint Augustin viendra éclairer l’aspect de la mémoire, pour voir que la conscience est liée à notre identité propre. La mémoire est la trace de notre action, elle dessine ce que nous sommes. La mémoire me donne accès à qui je suis. De là, émergent mes idéaux, mes valeurs… Saint Augustin pousse ce travail de mémoire jusqu’au plus intime de lui-même, jusqu’à voir que quelqu’un d’autre que lui-même le connaît mieux que lui. La conscience se révèle une porte vers mon identité, et peut-&ecir
c;tre vers Dieu.

Un autre chemin pourrait être employé avec Levinas, un penseur qui donne un autre regard à ce sujet, faisant ressortir cet énoncé de sa vision individualiste. Comme si l’individu et la conscience étaient liés à la société, comme s’ils étaient un. Comme si un individu pouvait se poser comme représentant de la société. Ce renversement vient mettre en doute un autre sujet en arrière-fond de cette problématique : la perspective individualiste. Au coeur du même (de moi), je tombe sur l’autre (ce qui n’est pas moi). Ma conscience ne peut être pur reflet de la société, car l’évidence de l’autre vient transcender ma conscience. Je découvre alors la force de l’altérité. Ce regard peut aussi permettre une vision beaucoup plus positive de la société, en tant que choix des individus. C’est enfin l’accueil de l’autre qui me fait prendre conscience que ma conscience n’est justement pas omnicompréhensive !"

  • 1
  • 2
Tags:
baccaulaureatphilosophie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
2
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
5
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
6
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
7
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement