Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Irak : Bientôt les examens pour les lycéens

© http://fraternite-en-irak.org/
http://fraternite-en-irak.org/wp-content/uploads/2015/06/ecole-erbil-classe-filles-vue-ensemble-mai-2015.jpg
Partager

Les 720 élèves des deux lycées ouverts à Erbil par Fraternité en Irak vont passer leurs examens de fin d’année à partir du 17 juin.

Les jeunes sont fébriles à l’approche des examens de fin d’année, comme tous les lycéens du monde. Mais pour ces élèves soutenus par Fraternité en Irak, l’année scolaire a été chargée. Ils sont réfugiés avec leurs familles dans la banlieue d’Erbil, au Kurdistan irakien, ayant dû quitter leurs foyers, le plus souvent dans la ville de Qaraqosh, sans savoir s’ils pourraient un jour y revenir. Cela se ressent, dans l’importance qu’ils accordent à leur scolarité et aux examens qui approchent. Loin des attitudes blasées de certains élèves, ceux-là demandent à avoir des cours supplémentaires, pour rattraper le temps perdu !

L’éducation, une priorité

Inaugurées à toute vitesse le 3 mars 2015, les deux écoles, accueillant respectivement 320 filles et 400 garçons, ont été baptisées Al Taheera, la Vierge. Elles rassemblent surtout des chrétiens, mais aussi des musulmans (shabaks et sunnites) et des Yézidis. Tous sont des réfugiés, qui n’ont pas leur place dans les écoles locales, déjà saturées, et où la langue parlée est le kurde. L’inspecteur de l’Éducation nationale en charge du district de Qaraqosh, qui a dû lui aussi fuir sa ville d’origine, a tenté de mobiliser les autorités irakiennes pour que les élèves exilés puissent retrouver le chemin de l’école. "Je suis allé frapper à la porte du ministère de l’Éducation irakien auquel les écoles de Qaraqosh étaient rattachées et qui continue de payer les professeurs, mais l’on m’a dit qu’il n’y avait pas d’argent pour financer l’ouverture de nouvelles écoles pour les réfugiés à Erbil", confie-t-il à Fraternité en Irak.

Un problème de locaux

Mgr Petros Mouche, l’évêque syriaque-catholique de Mossoul et Qaraqosh, a accepté de lui venir en aide, avec l’aide de Fraternité en Irak. Bénéficiant déjà du corps enseignant à disponibilité, une cinquantaine de professeurs ayant eux aussi fui Qaraqosh, ils n’avaient en revanche pas de bâtiment, et les autorités irakiennes ne leur ont pas apporté d’aide sur ce point. C’est avec le soutien des donateurs de Fraternité en Irak qu’ils sont finalement parvenus à ouvrir Al Taheera. Un service de bus et des cours supplémentaires en anglais sont proposés aux élèves, tout cela financé par l’association, afin de leur donner les meilleures chances pour l’examen qui les attend.

Retour au pays ?

Tous espèrent reprendre le plus tôt possible leur scolarité dans leur ville d’origine, mais, en attendant, cette solution permet d’éviter que les chrétiens irakiens ne quittent leur pays natal. Faraj Benoît Camurat, président de Fraternité en Irak explique : "Alors que beaucoup de familles quittent l’Irak pour que leurs enfants puissent continuer leurs études, ces deux établissements incarnent parfaitement la philosophie de Fraternité en Irak qui vise à permettre à ces familles de continuer à vivre dignement dans leur pays". Si vous souhaitez faire un don à Fraternité en Irak, cliquez ici.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]