Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde : La canicule a déjà fait 2 000 morts

© flickr
Partager

Une vague de chaleur anormalement longue frappe actuellement le pays et a déjà fait des milliers de victimes, essentiellement parmi les plus pauvres. La mousson, qui tarde à arriver, devrait y mettre un terme.

Jamais, en Inde, la mousson ne se sera autant fait attendre. Prévue pour la fin du mois de juin, la saison des pluies pourrait enfin mettre un terme à la vague de chaleur extrême qui touche l'Inde, en particulier les régions du Sud du pays. Les hôpitaux des États du Telangana et de l'Andhra Pradesh font face à un afflux de victimes de coups de chaleur extrêmes et de déshydratation. Comme pratiquement chaque année, les températures maximales avoisinent les 45°C, mais, cette fois-ci, la vague de chaleur s'avère plus longue que d'habitude et devrait durer encore au moins deux jours.
 

La canicule affecte en premier lieu les pauvres

Cela fait déjà plus d'une semaine que la canicule sévit contre un "petit nombre de jours normalement" a indiqué à l'AFP, le père Tulsi, un haut responsable de la gestion des catastrophes de la région de l'Andhra Pradesh. Conséquence : 2 000 morts au moins ont été recensés. Si le bilan est déjà deux fois plus lourd que celui d'une année normale, il est sans doute sous-estimé car la canicule affecte en premier lieu les personnes les plus pauvres, sans-abri, qui meurent dans la rue et ne sont donc pas recensées par les hôpitaux. Des centaines d'entre elles décèdent chaque année des effets de la canicule, mais cette année aucune classe de la population n'est épargnée. La chaleur se fait aussi ressentir au Nord, dans la capitale New Delhi, où l'on observe même le bitume fondre littéralement sous un soleil écrasant. Les habitants doivent en plus faire face à des coupures d'électricité dues à la hausse de consommation d'énergie provoquée par les appareils de climatisation.

Selon les chiffres d'une base de données internationale sur les catastrophes naturelles, cette canicule est la cinquième la plus meurtrière de l'histoire de l'humanité. À titre de comparaison, c'est la vague de chaleur en Europe de 2003 qui occupe la première place : elle avait fait environ 71 000 victimes.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]