Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 04 août |
Saint Jean-Marie Vianney
home iconSpiritualité
line break icon

L’abbé Cestac, père des pauvres et des prostituées

DR

vitrail abbé Louis-Edouard Cestac

Philippe Oswald - Publié le 30/05/15

L’abbé Louis-Edouard Cestac (1801-1868), du diocèse de Bayonne, est béatifié ce dimanche. Un miracle attribué à son intercession a été reconnu par le pape François.

Tous ont pu suivre sa messe de béatification sur KTO TV en direct de Bayonne… C’est saint Pie X qui avait signé le décret d’introduction de la cause de béatification et de canonisation de l’abbé Louis-Édouard Cestac, en 1908, 40 ans après sa mort…

Plus de 100 ans se sont écoulés avant que la reconnaissance d’un miracle attribué à son intercession fasse l’objet d’un décret, signé le 13 juin dernier par le pape François. Le diocèse de Bayonne, Lescar et Oloron, dont l’évêque est Mgr Marc Aillet, bien connu des lecteurs d’Aleteia, va bientôt pouvoir s’enorgueillir d’un nouveau bienheureux. Et la joie ne sera pas moins vive dans la congrégation des Servantes de Marie, dont l’abbé Cestac est le fondateur.

Du "Grand Paradis" à "Notre-Dame du refuge"

Louis-Édouard naît à Bayonne le 6 janvier 1801. Son père, Dominique Cestac, après avoir été "chirurgien de la marine", devient chirurgien de la ville et des prisons. Sa mère, Jeanne Amitessarobe, est d’ascendance basque espagnole. Louis-Édouard a deux sœurs dont la cadette Élise (1811-1849) deviendra sa collaboratrice. Après des études au Petit Séminaire d’Aire-sur-Adour puis au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, Louis-Édouard est nommé professeur au Petit Séminaire de Larressore. Il est ordonné diacre le 26 juin 1825 et prêtre le 17 décembre 1825, à l’âge de 24 ans. En 1831, âgé de 30 ans, l’abbé Cestac est nommé vicaire à la cathédrale de Bayonne.

Dans ce port, la prostitution sévit parmi les jeunes filles, parfois très jeunes, qui errent dans les rues et près des chantiers navals. C’est pour elles que le jeune vicaire fonde en 1836 un foyer d’accueil, dans une maison prêtée par la ville de Bayonne et dénommée "Le Grand Paradis". Deux ans plus tard, il achète à crédit un domaine agricole situé à Anglet : le domaine Châteauneuf, qu’il appellera "Notre-Dame du Refuge". Avec quelques éducatrices bénévoles, il élabore pour les jeunes  "pénitentes", comme on les appelle à l’époque, un projet d’éducation fondé sur l’amour de Marie, la liberté et le travail.

La fondation des Servantes de Marie

En 1842, les 14 premières collaboratrices de l’abbé Cestac se consacrent à Dieu par des vœux religieux. Le père leur donne une règle de vie qu’il a écrit à la Trappe de La Meilleray en 1839 et à Bétharram en 1841, chez son ami prêtre Michel Garicoïts, un saint célèbre dans la région et bien au-delà depuis sa béatification par Pie XI et sa canonisation par Pie XII en 1947. L’un et l’autre sont des fondateurs d’ordres : l’abbé Michel Garicoïts avait fondé en 1838 la congrégation des Prêtres auxiliaires du Sacré-Cœur de Jésus, qui deviendra cette même année 1841 la société des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus.

L’année suivante, c’est au tour de l’abbé Louis-Édouard Cestac de fonder la congrégation des Servantes de Marie (6 janvier 1842). Parmi ses premières recrues, sa propre sœur Élise Cestac, en religion sœur Marie-Madeleine, cofondatrice ; Gracieuse Bodin, sœur Marie-François de Paule, chargée d’accompagner les premières prostituées accueillies, et qui deviendra la première supérieure générale de la congrégation ; Marie Supervielle, sœur Marie-François de Sales, qui organisa le travail dans la communauté naissante de Notre-Dame du Refuge. Une dizaine d’années plus tard, en 1851, naît la branche contemplative des Solitaires de Saint-Bernard ou Bernardines afin d’accueillir certaines des "pénitentes" désirant mener une vie religieuse vouée à la prière et au travail dans la solitude.

Féru de pédagogie et d’agriculture

À partir de 1852, année de la reconnaissance officielle de la congrégation, l’abbé Cestac envoie ses religieuses dans de nombreux villages ruraux pour ouvrir des écoles (120 écoles – 10 départements). Passionné de pédagogie, il invente une méthode de lecture pour ses jeunes institutrices. Mais il est aussi expert en agriculture, et veut répondre au besoin de bien nourrir et au meilleur prix les jeunes accueillies à Notre-Dame du Refuge et au Grand Paradis tout en travaillant à l’essor de l’agriculture dans la région. Il fait de Notre-Dame du Refuge un lieu d’expérimentation et d’innovation pour une agriculture plus prometteuse.

  • 1
  • 2
Tags:
diocese de bayonne
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
La mise en garde du pape François contre la « tentation idolâtre ...
2
Lauriane Vofo Kana
Un livre pour garder l’espérance en temps de covid se hisse...
3
C8 Messe 15 août
La rédaction d'Aleteia
La diffusion de la messe du 15 août sur C8 fait réagir
4
Jeanne et Jean Bodet - Bébé Cotignac
Lauriane Vofo Kana
Meurtris par quatre fausses couches, ils accueillent leur « bébé ...
5
Caroline Becker
Les cierges de Notre-Dame de Paris brûlaient-ils toujours au lend...
6
MESSE-TRIDENTINE
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : « L’occasion d’un rapprochement en v...
7
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : les processions mariales se tiendront-elles cett...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement