Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Football : le « moment difficile » de la Fifa ne fait que commencer

© Diego URDANETA / AFP
FBI agents take boxes with documents from the headqueartes of the CONCACAF soccer organization after a raid on May 27, 2015 in Miami Beach, Florida. The US Justice Department announced conspiracy and corruption charges against nine FIFA officials and five business executives Wednesday, after Swiss authorities arrested seven suspects based on the indictments. At the same time as the indictments were unsealed, authorities raided the Miami headquarters of the CONCACAF soccer association, which coordinates the sport in North and Central America and the Caribbean. AFP PHOTO/DIEGO URDANETA
Partager

Face à la machine judiciaire américaine, la Fédération internationale de football a peu de chances de s’en sortir par un match nul.

 
How they stole the game (Comment ils ont volé le jeu), que le scrutin ayant couronné la Suisse était truqué. L’actuel président de la FIFA obtient toutefois gain de cause devant la justice."
2001 : Faillite de l’ISL (le groupe qui gère en exclusivité les droits de retransmission de la Coupe du Monde et les contrats commerciaux de la Fifa). "Selon un rapport d’enquête, Ricardo Teixeira, alors président de la Fédération brésilienne (CBF), et son ex-beau-père, Joao Havelange, président de la Fifa de 1974 à 1998, se sont partagés 15 millions de francs suisses (12,2 millions d’euros) de pots-de-vin. (…) Treize autres personnes liées à la Fifa, mais dont l’identité a été "anonymisée" par la justice suisse, ont bénéficié de 120 millions de francs suisses (98,1 millions d’euros) de rétrocommissions. Sepp Blatter est soupçonné d’avoir fermé les yeux sur ces agissements lorsqu’il était secrétaire général de l’instance…" 
2011 : "Le Qatari Mohammed Bin Hammam, ancien président de la Confédération asiatique et membre du comité exécutif de la Fifa, doit se retirer. Reconnu coupable de corruption (achat de voix) à la suite d’une enquête, il est radié à vie de toute activité liée au football par la Fifa…"
2014 : "Démantèlement d’un trafic de billets pour le Mondial" et non-publication du rapport Garcia "auteur du rapport sur les soupçons de corruption qui pèsent sur l’attribution des deux prochaines Coupes du Monde (2018, en Russie, et 2022, au Qatar)"
2015 : "La chaîne publique allemande ARD a diffusé il y a deux semaines un documentaire dans lequel (…) une ancienne employée de la candidature qatarie pour le Mondial 2022, répète les accusations qu’elle avait formulées dans l’entretien exclusif accordé à France Football en décembre 2014, nommant, cette fois, les trois dirigeants africains auxquels, selon elle, la délégation qatarie avait offert des "encouragements" de 1,5 million de dollars." Il s’agirait de trois membres du comité exécutif de la Fifa.

"Un fonctionnement semblable à celui d’une organisation criminelle"

En fait, "l’enquête porte (…) sur plus de 20 ans de football et l’attribution d’au moins quatre Coupes du Monde", récapitule Le Figaro. Et "le tableau fait aujourd’hui froid dans le dos. La ministre de la Justice américaine, Loretta Lynch, est formelle : "On parle là d’une instance où la corruption est endémique, où ce système est devenu une culture. Les faits portent sur au moins deux générations d’officiels du football et ce qui leur est reproché est très grave. Le fonctionnement que l’on a découvert est semblable à celui d’une organisation criminelle".

Au total, avec les sept dirigeants arrêtés à Zurich, "neuf élus de la Fifa et cinq partenaires de l’instance mondiale du football ont été inculpés mercredi de corruption, racket et blanchiment à New York. Ils sont accusés d’avoir reçu ou distribué plus de 150 millions de dollars depuis 1991, notamment pour les droits de diffusion de tournois internationaux. (…) Ils risquent jusqu’à 20 ans de prison" (Sud-Ouest).