Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 27 novembre |
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Cinq choses que j’aurais préféré savoir avant de me marier

© Angelrays

La rédaction d'Aleteia - published on 27/05/15

5. Les désaccords ne sont pas le signe d’un dysfonctionnement

Dans toute relation – travail, famille, amitié etc. –, il pourra y avoir des différends, ce qui est normal. Pour une quelconque raison, nous mettons le mariage dans une catégorie distincte. Nous pensons que si nous nous disputons ou que nous discutons, c’est qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans notre couple. Immédiatement, nous arrivons à la conclusion qu’il y a un dysfonctionnement et, ce faisant, nous commençons à penser à un plan B, nous cessons de communiquer et sautons à la conclusion que notre mariage va mal. Mais il n’y a rien de plus normal que les différends au sein du mariage ! C’est la manière dont nous choisissons de traverser les mauvais moments qui détermine si notre mariage va bien ou mal. Je me suis rendu compte que le fait de regarder les désaccords comme quelque chose de normal m’a aidé à demander pardon beaucoup plus vite, et à faire en sorte de les régler dès qu’ils se présentent.

Vous l’aurez deviné d’après ce que j’ai dit au début et d’après les commentaires qui nous sont régulièrement adressés : Consuela et moi vivons un super mariage… aujourd’hui. Mieux qu’avant. Mieux même qu’il ne l’était le jour où nous nous sommes mariés. Particulièrement maintenant que je sais ces cinq choses sur le mariage. Et vous ? Avez-vous trouvé des similitudes avec votre mariage ? Qu’ajouteriez-vous à cette liste ?

Traduit et adapté par Élisabeth de Lavigne de l’article de Tim Parson : 5 things I wish I knew before I got married

  • 1
  • 2
Tags:
Mariage
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement