Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Inde : Cinq attaques antichrétiennes en trois jours

© CITIZENSIDE/DASARATH DEKA / citizenside.com
INDIA, Assam: Victims of the National Democratic Front of Bodoland (NDFB) massacre offer prayers in a church for Christmas in the Sonitpur district, Assam, India on December 25, 2014 after mass killings by Bodo militants in the area. National Democratic Front of Bodoland (NDFB) militants have killed at least 80 people in different parts of Assam this week in attacks on Adivasis people (indigenous people). CITIZENSIDE/DASARATH DEKA
Partager

Des fondamentalistes hindous terrorisent et chassent les minorités chrétiennes et musulmanes d’Inde.

Une série d’épisodes de violences ont été constatés dans l’État de Madhya Pradesh en Inde. Les chrétiens, qui constituent 3% de la population, et leurs lieux de culte sont attaqués par des foules animées par un hindouisme radical.

Les hôpitaux et églises menacés

Le 10 mai, un pasteur a été arrêté et violenté. Le 12 mai, un hôpital pour enfants handicapés mentaux, tenu par des sœurs augustiniennes, a été attaqué. Les 11 et 12 mai, des hindous radicaux ont lancé l’assaut sur trois églises d’Indore, cherchant à les incendier. Ces attaques interviennent moins d’un mois après le pogrom du 17 avril : une foule d’une centaine d’hindouistes armés de bâtons et d’épées s’en étaient pris à des paroissiens qui déjeunaient ensemble après un office. Une quinzaine de chrétiens avaient été blessés, dont une fillette de 7 ans. Leurs maisons incendiées, les chrétiens avaient dû fuir leur village.

Une haine des minorités

Les fondamentalistes sont encouragés par les discours haineux à l’encontre des minorités, en particulier dirigés contre les musulmans et les chrétiens. Les responsables de mouvements extrémistes qui affirment par exemple que "ceux qui ne votent pas Modi devraient émigrer au Pakistan" ou qu’il faudrait "transformer les mosquées en enclos pour les porcs" ne sont pas inquiétés par le Premier ministre Narendra Modi. Le journaliste indien Ram Puniyani observe dans Asianews que ces discours existaient avant l’élection de Modi, mais qu’ils se sont multipliés et radicalisés. Plus inquiétant encore, non seulement ils ne soulèvent pas de vague d’indignation dans le pays, mais ils sont, selon M. Puniyani, une représentation du "sens commun" partagé par la société. "Ces formulations ne surgissent pas du néant, leur infrastructure a déja été posée par une politique planifiée", analyse le journaliste.

L’ambigu M. Modi

Le Premier ministre Narendra Modi se garde bien d’attaquer frontalement les minorités, mais il entretient sur un mode plus subtil la défiance à leur égard, en annonçant, par exemple, la nécessité de fermer les camps de réfugiés du Gujarat, habités par des musulmans, parce qu’ils sont devenus selon lui des usines à enfants. Ce faisant, il conforte l’idée selon laquelle les musulmans cherchent à envahir le pays par la démographie. 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]