Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 25 février |
Saint Nestor de Pamphylie
home iconAu quotidien
line break icon

Réforme du collège : les huit vraies raisons de la colère

© PATRICK HERTZOG / AFP

FRANCE-EDUCATION-STRIKE-ECONOMY-REFORM People hold placards reading "English teachers angry" during a demonstration against proposed reforms of secondary education during a teacher's national strike day on May 19, 2015 in Strasbourg, eastern France. Teachers in France went on strike to protest against a proposed reform of secondary education that has become a bitter battleground for one of the country's rising political stars. Education Minister Najat Vallaud-Belkacem, 37, has come under fire for the disputed reforms, which concern high schools educating children aged 11 to 15. Among the most disputed elements of the reform is a proposal to reduce the teaching of Latin and Ancient Greek, replacing these languages with a general class on classical culture. AFP PHOTO / PATRICK HERTZOG

Philippe Oswald - Publié le 19/05/15

La médiocre mobilisation des enseignants en grève ce 19 mai n’intimidera pas le gouvernement. Mais nombre de revendications ne portaient pas sur le cœur du problème : le bien des collégiens.

23,4% des enseignants de collège en grève selon le ministère (27,62% en collège public, 6,75% des profs en privé), ou 50% selon le Syndicat national des enseignements de second degré (SNES) (Le Monde), peu importe. Il aurait fallu un raz-de-marée pour faire reculer le gouvernement. "Je suis confiant, cette réforme va être mise en œuvre comme c’était prévu, et le décret sera publié le plus rapidement possible", a déclaré le Premier ministre.

Des revendications disparates

Les Français consultés sont 60% à trouver "justifiées" les manifestations, dont 44% de sympathisants de gauche et 77% de droite (Libération). Mais pas forcément pour les mêmes raisons. C’est l’autonomie grandissante des collèges qui préoccupe les syndicats (Le Figaro), à savoir la possibilité laissée à chaque collège de fixer 20% de son emploi du temps dès la rentrée 2016 (20 minutes). Bref, un coup de canif dans le "collège unique" qui a pourtant plombé l’Éducation nationale depuis quatre décennies. Si "l’interdisciplinarité (croisement de deux matières au sein d’un même cours) et l’autonomie accrue des établissements sont les deux points les plus critiqués par les syndicats", "les professeurs d’allemand et de langues anciennes se mobilisent, eux, contre la suppression des options latin/grec et des classes bilangues (deux langues étrangères dès la sixième)" (RTL). Le gouvernement a donc beau jeu de surfer sur l’hétérogénéité des revendications (Le Huffington Post).

Huit revendications essentielles

Il y a pourtant des revendications fort cohérentes et qui portent sur l’essentiel. Les AFC en comptent huit :
1. Que les parents apparaissent comme les "premiers et principaux éducateurs" et non seulement comme "les auxiliaires de l’Éducation nationale" ;
2. Que les "Enseignements pratiques interdisciplinaires" (EPI) ne tombent pas "dans de l’occupationnel, au détriment de l’acquisition des savoirs fondamentaux" ; 
3. Que le latin et le grec ne soient pas sacrifiés "au rythme d’une heure en 5e et de deux en 4e et 3e" (pour mémoire, deux heures existent en 5e et 4e et trois heures en 3e, actuellement) ;
4. Que ne soient pas supprimées au nom d’un refus idéologique de "l’élitisme" les classes européennes ou bilangues alors que "ces filières permettent aux élèves les plus doués de sortir du lot et d’avoir une chance d’accéder à un bon lycée" ; 
5. Que les programmes des matières scientifiques qui ne seront plus établis par année mais pour l’ensemble du cycle 4 (5e à la 3e) tiennent compte des élèves changeant de collège en cours de cycle : "Sur quelles connaissances les professeurs de lycée pourront-ils s’appuyer avec des élèves venant de collèges différents ?" ; 
6. Que le français au lieu de transmettre une culture vivante, ne soit pas traité comme un "outil de communication" faisant fi du travail sur les conjugaisons, l’orthographe ou la syntaxe ;
7. Que l’Histoire ne se contente pas d’aborder des thèmes successifs et qu’on ne renonce pas, comme le prévoit explicitement la réforme, à l’enseigner de manière continue. "Les thèmes choisis ne s’enchaînent pas de manière logique ne permettant pas de comprendre les causes qui ont abouti à telle conséquence historique. Nombre de thématiques privilégiées sont de nature compassionnelle, l’accent étant mis, par exemple, sur les génocides, l’esclavage, ou les empires coloniaux suivant l’esprit de repentance qui a cours. Il s’agit là d’une vision de l’Histoire plus émotionnelle que raisonnée n’aidant pas l’élève à accéder à une compréhension dynamique et logique" ;
8. Dernier point mais non des moindres : "Les SVT abordent la reproduction sexuée avec le programme suivant : contraception, prévention des MST, spécificités de la sexualité humaine par rapport aux autres mammifères. On aurait pu espérer que les adolescents apprendraient comment se conçoit un enfant et comment se déroule une grossesse à un moment de leur cursus. Il n’en est rien. Les jeunes des générations à venir ne l’apprendront ni au collège, ni en 1ère, où ce thème est à nouveau traité. Comment peut-on espérer qu’ils puissent ainsi accéder à une sexualité de dialogue et de respect plutôt qu’à une sexualité de consommation de l’autre ?".

À quand une vraie rupture avec le "pédagogisme" ?

Plusieurs de ces demandes s’adressent, à vrai dire, autant à l’actuel gouvernement qu’à ceux qui l’ont précédé… et à ceux qui se préparent à l’alternance en promettant qu’ils abrogeront la réforme du collège. À quand une vraie rupture avec le "pédagogisme" et la contre-culture soixante-huitarde que la droite s’est empressée d’emprunter à la gauche ?

Tags:
Éducation
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Le pape François accepte la renonciation du cardinal Sarah
2
ANMOL RODRIGUEZ
Ewa Rejman
Défigurée à l’acide, mannequin, Anmol livre une fabuleuse l...
3
Les moines bénédictins
Père Christian Venard
Une nouvelle abbaye bénédictine en France !
4
NEWBORN,
Mathilde de Robien
Dix prénoms originaux dérivés de Joseph
5
ANGELS
Marzena Devoud
Comment les anges communiquent-ils entre eux ?
6
Domitille Farret d'Astiès
Témoignages : heureux comme un scout !
7
Jeanne Larghero
La liberté de ne pas croire, un droit de l’homme ou un non-sens ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement