Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 17 octobre |
Saint Ignace d'Antioche
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Irak/Syrie : L’offensive de printemps de Daesh

© ALI MOHAMMED / ANADOLU AGENCY

Thousands flee as Daesh seize Iraq's Ramadi BAGHDAD, IRAQ - APRIL 17: Thousands of Iraqis fleeing the Iraqi city of Ramadi seized by Daesh militants, cross bridge over Euphrates River to arrive in Baghdad, Iraq on April 17, 2015. Thousands of Iraqis have started to migrate from Ramadi city, where the U.S.-led coalition has intensified its airstrikes against Daesh positions, to Baghdad, said a security official. Ali Mohammed / Anadolu Agency

Sylvain Dorient - Publié le 18/05/15

L’autoproclamé État islamique s’est emparé de Ramadi en Irak, et brièvement de Palmyre en Syrie. De violents combats s’y poursuivent.

Alors que l’État islamique avait cessé de s’étendre fin 2014, et qu’il était grignoté en Irak, il repart pour un cycle de conquêtes. En Irak, la prise de la ville stratégique de Ramadi, dans le Sud-Ouest du pays, lui donne le contrôle d’une vaste région. Désertique certes, mais riche en puits de pétrole. Palmyre la Syrienne est aussi une capitale régionale qui commande une région désertique. L’armée régulière syrienne vient de repousser, ce dimanche 18 mai, les assaillants djihadistes, mais le sort de la ville est loin d’être réglé.

Offensive générale en Syrie

La récente offensive sur Palmyre, au cœur de la Syrie (Aleteia), très menaçante pour le patrimoine mondial, n’est en fait qu’un phénomène mineur en comparaison de l’avancée des djihadistes autour d’Alep. Palmyre est célèbre pour ses vestiges antiques, et sa perte serait de toute évidence une mauvaise nouvelle pour le régime. Mais la région d’Alep, densément peuplée, est bien plus cruciale pour les Syriens, qui voient avec angoisse la deuxième ville du pays partiellement occupée et dont le tiers n’est plus que ruines (Aleteia). Difficile d’établir une carte générale des avancées de l’État islamique : autour d’Alep, beaucoup de groupes se réclament de la faction rivale d’Al-Nosra, et à l’inverse, certains combattants djihadistes qui sévissent sur le plateau du Golan, dans le Sud-Ouest du pays, se réclament de l’État islamique.

Offensive en Irak

La ville de Ramadi, dans le Sud-Ouest de l’Irak, est quant à elle toujours aux mains de Daesh à l’heure où nous écrivons ces lignes. Pourtant, l’armée irakienne régulière épaulée par les milices chiites enregistrait quelques succès avec la reconquête notable de Baïji, plus importante ville reprise à l’EI, et en brisant le siège de la principale raffinerie du pays, toute proche. Quelques mois plus tôt, elle avait déjà repris Tikrit (Aleteia), ville symbolique pour les sunnites, et les plus optimistes planifiaient déjà la reconquête de Mossoul, aux mains de Daesh depuis l’été 2014.

La prise de Ramadi, qui donne aux djihadistes la capitale de la vaste région de Raba, représente la plus grande victoire militaire obtenue par l’organisation terroriste depuis Mossoul. Haider al-Abadi, le Premier ministre irakien, a demandé en vain à ses forces de tenir la ville. Pour tenter de la reconquérir, il a même autorisé les milices chiites à se rendre dans la région de Raba, très majoritairement sunnite, prenant le risque d’exactions contre la population civile.

L’ennemi de mon ennemi n’est pas forcément fréquentable

Certes, la coalition enregistre des succès comme la mort samedi 16 mai d’un haut responsable de l’EI, Abou Sayyaf, en Syrie au cours de l’opération commando des forces spéciales américaines (Aleteia). Mais sur le front, ce sont des forces difficiles à contrôler qui font face aux djihadistes. En Syrie, l’armée de Bachar el-Assad, celle-là même qu’une coalition éphémère se proposait de frapper il y a deux ans, représente le rempart le plus sûr contre Daesh. Pour comble, elle est épaulée par le Hezbollah, organisation considérée comme terroriste par les États-Unis, entre autres. En Irak, les défaillances répétées de l’armée régulières, décapitée par l’occupation américaine, contraignent les autorités à laisser le champ aux milices chiites. Les débordements observés à Tikrit lors de la reprise de la ville contre la population sunnite n’augurent rien de bon pour l’avenir de l’Irak. Il n’y a pas de meilleur service à rendre à Daesh que d’en faire le rempart des musulmans sunnites !

Tags:
État islamiqueIrakSyrie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
2
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
3
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
4
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
7
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement