Aleteia
Mercredi 21 octobre |
Sainte Céline
Au quotidien

Non, plus de sexe ne rend pas plus heureux

Public domain

Arthur Herlin - Publié le 12/05/15

Les résultats d'une étude américaine suggèrent que la fréquence des rapports sexuels influe de façon négligeable sur le bonheur et le bien-être d'une personne.

Les chercheurs de l’Université Carnegie Mellon viennent de briser un mythe. Contrairement à ce qu’il est communément diffusé à longueur de divertissements, de littérature ou de publicité : multiplier les rapports sexuels ne rendrait pas plus heureux.

Pour effectuer leur recherche, les scientifiques ont observé pendant trois mois 64 couples hommes-femmes mariés. Les 128 personnes en bonne santé, âgés de 35 à 65 ans, ont été divisé en deux catégories : 32 couples ont été invités à intensifier leur activité sexuelle pour l’expérience, 32 autres devaient ne rien changer à leurs habitudes. Les deux groupes ont été soumis à des questionnaires permettant d’évaluer leur niveau de bonheur. Dans leurs conclusions publiées dans le Journal of Economic Behavior & Organisation, les chercheurs ont constaté que l’augmentation des rapports sexuels n’a pas rendu les couples du premier groupe plus heureux. La raison vient en partie du fait que la fréquence accrue ait entraîné une baisse de la volonté d’avoir des rapports et du désir sexuel. Il semblerait selon les chercheurs que tout soit venu du fait qu’ils aient du multiplier leurs ébats pour l’expérience plutôt que de leur propre chef.

Susciter le désir

« Si nous devions reconduire cette étude, nous essayerions d’encourager les sujets autrement, en suscitant le désir plutôt qu’en les dirigeant pour le faire », a déclaré Georges Loewenstein, responsable des recherches. Malgré les résultats, le professeur continue de croire que la plupart des couples ont trop peu de relations sexuelles pour leur bonheur personnel, et pense que l’augmentation de la fréquence sexuelle peut être bénéfique si elle est effectuée pour les bonnes raisons. Son collègue, le professeur Tamar Krishnamurti, considère que cette étude pourrait justement aider les couples à améliorer leur bien-être : « Au lieu de se concentrer sur l’augmentation de la fréquence sexuelle, les couples doivent plutôt travailler sur la création d’un environnement qui étincelle leur désir ». C’est ce que les chercheurs appellent la « causalité inversée » : être heureux par exemple, pourrait amener quelqu’un à avoir plus de sexe. De même, être en bonne santé rend plus heureux et peut avoir par conséquent, un impact positif sur les rapports sexuels.

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
bonheurCoupleetude americaineVatican
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Edifa
Sexualité : comment raviver le désir quand il...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Domitille Farret d'Astiès
Une famille missionnaire sur le plateau de "L...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
WEB2-ERIC DUPOND-MORETTI-AFP-080_HL_NORCHARD_1209116.jpg
Agnès Pinard Legry
La discrète visite d’Éric Dupond-Moretti à la...
RÓŻANIEC DZIECI
La rédaction d'Aleteia
Un million d'enfants vont prier le chapelet e...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement