Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La tête de quatre djihadistes mise à prix 20 millions de dollars

© US state department
Partager

Comme au Far West ? Les têtes de malfaiteurs sont mis à prix sur la Toile. Quatre « têtes » d’Al Quaeda valent 20 millions de dollars.

Pour contrer le soi-disant Etat islamique, les Etats-Unis utilisent aussi bien les drones que les bonnes vieilles recettes. Le gouvernement américain, via rewardsforjustice.net, propose 20 millions de dollars de récompense pour quiconque pourrait lui donner des informations conduisant à la capture de quatre terroristes, considérés comme étant à la tête de l’Etat islamique.

Carré d’As

Abd Al-Rahman Mustafa a désormais sur sa tête une prime de 7 millions de dollars. Ancien d’Al-Qaida en Irak, il fait partie des responsable de l’EI les plus recherchés. Abu Mohammed Al-Adnani, porte-parole officiel de l’EI, rapporte quant à lui 5 millions de dollars. Le géorgien à la barbe rousse Tarkhan Tayumurazovich Batirachvili, connu sous le nom de « Omar le Tchétchène », vaut lui aussi 5 millions de dollars aux yeux du ministère de la justice américaine. Enfin Tariq Bin-Al-Tahar Bin Al Falih Al-‘Awni Al-Harzi, recherché pour 3 millions de dollars, est un Tunisien qui s’occupe de la récolte de fonds ainsi que du recrutement et de l’organisation des déplacements des combattants pour le compte de l’EI.

Ça marche ?!

Les récompenses pour faire tomber les méchants ? « It works », selon le site Reward justice. On se souvient de l’intervention hollywoodienne de Bush junior au lendemain des attentats du 11 septembre : « Je veux la justice […] Il y avait ce vieux poster dans l’Ouest qui disait : Recherché, mort ou vif ». Le cas emblématique d’Oussama Ben Laden tend à prouver l’efficacité de la méthode… Mais n’encourage pas forcément les délateurs. Celui qui est considéré comme responsable de la chute de Ben Laden, le chirurgien pakistanais Shakil Afridi, a été emprisonné par la justice de son pays. Jugé pour trahison, il croupirait théoriquement sous les barreaux jusqu’en 2045 ! Au total, le site de Reward for justice compte 71 personnalités activement recherchées, dont le chef même de l’Etat islamique, Abu Du’a ou Abu Bakr al-Baghdadi, sur la tête duquel repose un contrat de dix millions de dollars. La plus grosse rançon actuellement proposée est celle pour Ayman Al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaida : 25 millions de dollars.

Les djihadistes aussi impriment des « Wanted »

De l’autre côté du Far West, les terroristes ne se privent pas de proposer des rançons pour éliminer les personnalités qui leurs déplaisent. Al-Qaïda dans la péninsule arabique a par exemple mis à prix la tête de l’ex-président Ali Abdallah Saleh et celle du chef de la rébellion chiite Abdel Malek Al-Houthi. Aqpa, branche saoudo-yéménite du réseau extrémiste sunnite, promet «20 kilos d’or à quiconque tue ou capture» chacun des deux hommes.
Mais le record en matière de montant de rançon est à notre connaissance le prêtre copte égyptien Zacharia Botros, Al Quaida le veut – de préférence mort – pour 60 millions de dollars ! (voir Aleteia). Une paille, pour l’intéressé, qui répond : « 60 millions de dollars ? Je vaux plus que cela, car ma vie a été rachetée par le précieux sang du Christ ! »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]