Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 25 novembre |
Sainte Catherine d'Alexandrie
home iconÉglise
line break icon

Le père René-Luc met le cap sur la jeunesse

© Père René-Luc

Arthur Herlin - Publié le 09/05/15

Auteur de best-seller Dieu en plein coeur, Le père René-Luc nous présente cette fois une toute autre création : Capmissio. La première école qui se donne comme objectif de former les apôtres de demain.

La prochaine génération de disciples du Christ à un nom : « Capmissio ». Voulue et pensée par l’évêque de Montpellier, Mgr Carré et le célèbre père René-Luc, vicaire et aumônier d’étudiants, Capmissio est une école de mission diocésaine inédite en France. À travers un nouveau type de formation, douze jeunes gens vont bénéficier des connaissances spirituelles utiles pour aller au devant des autres. La père René-Luc a d’ores et déjà lancé la campagne d’inscriptions par le biai d’un teaser énergique qu’il a lui-même imaginé. Il espère ainsi attirer suffisamment de candidats pour démarrer la formation dès septembre prochain. 

Comment vous-est venue l’idée de créer Capmissio ?
Père René-Luc : Dans mon parcours de missionnaire, j’ai été appelé à prêcher un peu partout et notamment à l’étranger. Lors d’un voyage à Sydney, j’ai découvert une école de mission diocésaine. Et ça m’a tout de suite interpelé ! Une école qui forme des jeunes à la mission, mais au lieu d’être un peu isolée, de faire une mission pendant 15 jours une fois de temps en temps, là, les jeunes sont dans une grande ville, au cœur même d’une pastorale étudiante. C’est ce qui m’a plu !  J’ai proposé ce modèle à l’évêque de Montpellier Mgr Carré qui s’est aussitôt enthousiasmé. Le pape François lui-même nous invite à sortir des pastorales ordinaires refermées sur elle-même afin qu’elles s’ouvrent et deviennent des pastorales missionnaires. Il pousse vraiment toute l’Eglise diocésaine à suivre cet élan. Et c’est ça que je trouve génial. Nous nous trouvons en accord avec cette proposition du Pape François.

Vous avez d’ailleurs rencontré le pape François en Avril ?
Oui j’ai eu la chance de le voir en face à face, pendant une audience c’était une immense grâce. J’étais au premier rang et j’ai pu m’adresser à lui : « Très Saint-Père, je suis un prêtre de Montpellier, dans le sud de la France, une grande ville étudiante et nous sommes en train de créer avec l’évêque mgr Carré, une école de mission diocésaine. Déjà lorsque j’ai prononcé « école diocésaine » ainsi que « grande ville étudiante », j’ai tout de suite remarqué ses yeux s’écarquiller. Il était hyper-attentif ! Je lui ai ensuite dit :« Ce n’est pas facile et je vous demande de bien vouloir prier pour nous. », je pensais qu’il allait me répondre simplement : « d’accord, comptez sur mes prières » Mais non : il a posé ses mains sur mes avants-bras, s’est penché et a fermé les yeux pour prier avec force. J’étais tellement touché que j’ai fait comme lui, je me suis penché, j’ai ouvert les mains et laissé le Seigneur faire le reste. Il s’est relevé, m’a regardé, et en fermant le poing, m’a dit : « bisogna andare avanti ! » – « Il faut aller de l’avant » en français – J’ai senti alors que ça résonnait complètement avec ce qu’il porte. Le pape François sait que c’est difficile. Pendant des dizaines d’années, sans porter aucun jugement sur le travail accompli dans le passé, nous étions comme une Eglise qui reposait sur ses acquis, ce qu’on appelle une « pastorale d’entretien ». Aujourd’hui le Pape dit : « ça ne suffit plus, n’ayez pas peur, allez-y, courage ! »

Pourquoi douze candidats exactement ?
La réponse est très simple. Figurez-vous que nous avons piqué l’idée à quelqu’un. Quelqu’un qui un jour en a appelé douze. Vous voyez de qui je veux parler (rires) Et alors nous nous sommes dit à notre tour, « tiens, c’est pas mal, douze ! » Six garçons et six filles, c’est faire échos à Jésus parce qu’il y a automatiquement une vie communautaire qui se crée. A douze, nous sommes une véritable famille. L’essentiel de l’évangélisation vient de notre union à Dieu, mais aussi de la qualité de notre communion.

  • 1
  • 2
Tags:
capmissioMontpellierPape Françoispere rene lucVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Mathilde de Robien
« S’il te plaît Marie » : une grande suppliqu...
Baptême à domicile chez Antoinette Faure
Timothée Dhellemmes
Confinée, Antoinette, 90 ans, a reçu le baptê...
christ en majesté
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Le Christ-Roi, ou comment servir un roi qui s...
La rédaction d'Aleteia
Voici la prière des JMJ de Lisbonne 2023
WEB2-EVACUATION-CAMP-MIGRANT-AFP-080_HL_NCOISSAC_1277288.jpg
Mgr Benoist de Sinety
Si toutes les vies se valent…
La rédaction d'Aleteia
Célébrer le dimanche 22 novembre à la maison
Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon
Agnès Pinard Legry
Cas de Covid-19 au sanctuaire de Montligeon :...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement