Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 17 octobre |
Saint Ignace d'Antioche
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Gaza : Révélations sur les méthodes de l’armée israélienne

© MENAHEM KAHANA / AFP

Israeli soldiers walk towards a Merkava tank, at an army deployment area near Israel's border with the Gaza Strip, on July 17, 2014. Israel and the Islamist Hamas movement have agreed on a ceasefire that will begin at 0300 GMT on Friday, an Israeli official told AFP. AFP PHOTO /MENAHEM KAHANA

Sylvain Dorient - Publié le 07/05/15

Une ONG israélienne, Breaking The Silence, dénonce la violence de Tsahal lors de l’opération Bordure protectrice (été 2014).

Durant l’été 2014, l’armée israélienne a une nouvelle fois investi la bande de Gaza, avec des moyens considérables. Presque un an après les faits, un document de Breaking The Silence révèle les pratiques effrayantes de certains soldats israéliens : pas moins de 111 témoignages étalés sur 235 pages jettent une lumière crue sur la violence de ce conflit et sur les « dérapages » qui ne sont pas seulement le fait d’individus isolés mais résultent souvent de consignes officielles. Alors que 85% des Israéliens et 95% des juifs israéliens approuvaient cette offensive, ces documents reviennent, comme une mauvaise conscience, rappeler la réalité d’un conflit asymétrique qui a fait plus de 2 000 victimes en quelques semaines. « L’armée israélienne a pris son Code d’éthique et l’a jeté par la fenêtre, sans le dire aux soldats ou aux citoyens d’Israël », a déclaré au Times of Israel Avner Gevaryahu, un porte-parole de Breaking The Silence.

« Tirez partout »

L’un des vétérans témoigne : « Au début, il y avait beaucoup de questions vis-à-vis de la réaction des médias et ce genre de choses. Puis, les autorisations d’ouvrir le feu ou d’abattre un bâtiment menaçant sont tombées plus facilement. À la fin, les règles d’engagement pour les soldats sur le terrain étaient : "Tirez ! Tirez partout, aussitôt que vous arrivez sur les lieux. Toute personne qui sort sa tête est un terroriste". » Un autre soldat constate : « Nous tirions dans chaque maison avant d’entrer, (…) avant chaque mouvement les tanks tiraient sur toutes les maisons alentours ». Dans ces témoignages, l’abondance des moyens israéliens et des consignes de plus en plus laxistes poussent inexorablement les soldats à la faute.

« On avait trop d’explosif »

Un lieutenant du Génie explique : « Pour détruire un bâtiment, il vous faut au plus huit mines de dix kilos d’explosif. (…) Le problème, c’est que l’on vous fournit 40 à 50 mines, et que vous ne pouvez pas les rapporter, il faut donc les faire sauter ». Constatant que l’explosion disproportionnée détruit des maisons et des ouvrages autour de la cible, il s’en serait alors inquiété auprès du commandant de la compagnie qui lui aurait répondu : « Fais tout sauter, utilise tout. Je n’ai rien à faire de ces munitions, je ne vais pas les rapporter ». Et cette situation se se serait répétée systématiquement, constate l’ingénieur : « Nous avions toujours des mines en trop ». Le résultat est dantesque : le soldat voit l’une des colonnes qu’il a piégée s’envoler sous l’effet d’une charge explosive trop puissante et détruire deux pièces d’un bâtiment qui n’était pas visé. Il regrette surtout que ces dommages collatéraux absolument inutiles « n’intéressent personne ».

« On a laissé un putain de désert »

Le sergent d’une unité blindée se souvient qu’à son arrivée à Juhar al-Dik, le village se dressait sur une petite colline verdoyante, pleine de vergers. Quand son unité a quitté la zone, il ne restait que deux ou trois maisons et un « putain de désert ». Plus aucun arbre n’était encore debout. Les bulldozers blindés D9 avaient rasé tous les vergers et bâtiments. « Les véhicules y ont travaillé pendant trois semaines. Quand ils n’avaient pas de mission spécifique à remplir telle que tracer des routes, ils aplatissaient ce qu’ils pouvaient. Je ne pense pas qu’ils exécutaient des ordres précis, mais on avait dû leur dire de tout raser. »

Tags:
gazaisrael
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
2
Wedding dresses collection Laure de Sagazan 2022
Marzena Devoud
Robes de mariée : les tendances de l’année 2022
3
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
4
Agnès Pinard Legry
Mgr de Moulins-Beaufort et Gérald Darmanin, deux lectures du secr...
5
WEB2-SKY-shutterstock_719708074.jpg
Agnès Pinard Legry
De nouvelles preuves de l’existence de Dieu, un livre événement
6
Agnès Pinard Legry
La « démission collective des évêques » est-elle envisageable ?
7
Pope-Francis-Mgr-Giovanni-Ravelli-Antoine-Mekary-Aleteia
Agnès Pinard Legry
La silhouette qui va maintenant accompagner le Pape tous les jour...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement