Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 26 février |
Saint Alexandre
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Euthanasie : le combat exemplaire de la mère de Vincent Lambert

Viviane Lambert – AFP – fr

© BERTRAND GUAY / AFP

Viviane Lambert (C), the mother of a quadriplegic man who is currently on artificial life support in a hospital in France, takes part in a walk for life "Marche pour la vie", on January 25, 2015, in Paris. AFP PHOTO / BERTRAND GUAY

Philippe Oswald - publié le 07/05/15

Alors que la décision de la CEDH est attendue prochainement, Viviane Lambert se bat pour qu’on ne laisse pas mourir son fils. « Je ne demande qu’une chose, dit-elle : pouvoir continuer à m’occuper de Vincent. »

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

« Cet enfant que j’ai mis au monde, on voudrait aujourd’hui me l’enlever, le laisser mourir de faim et de soif. Moi, sa mère, je ne demande qu’une chose : pouvoir continuer à m’occuper de
Vincent », rappelle Viviane Lambert à Famille Chrétienne. Elle avait demandé à être reçue par le président de la République le 6 mai, veille de la parution de son livre Pour la vie de mon fils (Éd. Plon, 180 p., 12,90 €), pour qu’il entende « une mère désespérée qui veut simplement parler de l’état actuel de son fils qui n’est pas en fin de vie. Je réclame au président de pouvoir le faire sortir pour m’occuper de lui » (Le Figaro).

En vain : ni François Hollande, ni un conseiller n’ont accepté de la recevoir mercredi matin, mais les services du chef de l’État ont proposé une rencontre avec le professeur Olivier Lyon-Caen, neurologue et conseiller santé du Président à l’Élysée. Viviane Lambert a refusé : « C’est François Hollande que je veux voir ». Mais elle a multiplié les interventions dans les médias pour que Vincent, 38 ans, tétraplégique en état « pauci-relationnel » à la suite d’un accident de la route en 2008, soit maintenu en vie. « Vincent n’est pas en fin de vie. On a voulu le mettre en fin de vie », déclarait-elle à Europe 1 hier matin. « Mon fils n’est pas un légume, il est bien vivant. Il a ses moments de pause, ses moments de repos, ses moments aussi où l’on parle dans le silence. »

1 700 personnes en France

Après la décision du Conseil d’État d’autoriser l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation demandée par des médecins en juin 2014, Viviane Lambert et son mari ont déposé un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dont on attend l’arrêt (Aleteia). Son combat, dit-elle, elle ne le mène pas seulement pour son fils mais aussi « pour les 1 700 personnes qui, en France, sont dans le même état de santé que lui ». Ils ont contre eux non seulement une opinion depuis longtemps « travaillée » en faveur de l’euthanasie, mais une partie du corps médical et leur propre famille, l’épouse de Vincent, Rachel, et six des huit frères et sœurs de son mari qui souhaitent le « laisser partir » – en cessant de l’hydrater et de l’alimenter. Pour ne rien arranger, ils sont qualifiés de « catholiques traditionnalistes » (Le Quotidien du médecin), ce qui est sans doute vrai mais ne change rien au fond de la question : a-t-on le droit de faire mourir un homme privé de la capacité de s’alimenter et de s’hydrater ? C’est ce qu’avait tenté de faire le CHU où est soigné Vincent le 10 avril 2013, sans même prévenir la famille !

Ni « une cause intégriste », ni de l’acharnement thérapeutique

Vouloir empêcher un homicide n’est pas une « cause intégriste », comme l’affirment les membres de la famille qui s’opposent aux parents dans une tribune publiée par L’Express, mais une cause humaine ! « L’état de Vincent Lambert doit être reconsidéré : contrairement à ce qui a été dit, il n’est évidemment pas mort, il n’est pas non plus en état végétatif, et il ne fait pas l’objet d’un acharnement thérapeutique. Très grand handicapé, il est en état de conscience minimale », explique la Fondation Jérôme Lejeune.

« Derrière cette bataille, c’est la question du traitement de toutes les personnes en fin de vie qui est sous-jacente », souligne par ailleurs sur son blog la Fondation Lejeune qui soutient Viviane Lambert dans son engagement et sa détermination : « Viviane Lambert réaffirme la nécessité et l’urgence de faire la distinction entre « laisser partir » et « faire mourir », distinction qui semble de plus en plus oubliée ». Aussi, la Fondation Lejeune propose-t-elle à chacun de s’impliquer en signant l’appel « Sauver Vincent tout simplement » du comité de soutien à Vincent Lambert qui a déjà recueilli plus de 20 000 signatures (Aleteia).

Tags:
EuthanasieFin de vie
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement