Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 12 mai |
Saint Achille de Larissa
home iconActualités
line break icon

Népal : les hindouistes dénoncent « les vautours chrétiens »

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 05/05/15

Les hindouistes ont relancé les polémiques religieuses sur fond de surenchère dans l’aide internationale apportée aux victimes du tremblement de terre.

Dix jours après le tremblement de terre qui a frappé Katmandou et la région alentour, le bilan continue de s’alourdir : 7 200 personnes y ont trouvé la mort et le gouvernement népalais a prévenu dimanche que le bilan définitif serait « beaucoup plus élevé », des régions dévastées restant inaccessibles aux secours. À mesure que les secours affluent dans le pays, des polémiques font surface, notamment sur le plan religieux.

Selon les informations de l’ONU, le séisme de magnitude 7,8 qui a fait trembler la terre le 25 avril dernier a affecté, à des degrés divers, 8 des 28 millions de Népalais. Environ 600 000 habitations ont été détruites ou endommagées et le décompte des victimes, tuées ou blessées, continuera d’augmenter à mesure que les zones les plus isolées du pays seront atteintes par les secours.

Les secouristes étrangers priés de quitter le pays

Dix jours après la secousse, les autorités népalaises ont toutefois déclaré que la phase d’urgence était passée et ont demandé aux secouristes étrangers de quitter le pays. L’aéroport de Katmandou, doté d’une piste unique, est saturé et le défi est désormais, dans la capitale, d’héberger au mieux les sinistrés, installés pour l’instant dans 16 camps répartis dans et autour de la ville. Toutefois, si la capitale retrouve un semblant d’activité normale, il n’en va pas de même dans les districts de montagne les plus touchés par le tremblement de terre et restés isolés du fait de la rupture des voies de communication et de transport.

À court terme, l’un des nombreux défis qui se posent aux autorités est de mettre en œuvre les mesures nécessaires afin de protéger la population, notamment pendant la mousson (qui dure habituellement de juin à septembre), a prévenu, le 2 mai, Rownak Khan, un responsable de l’Unicef, le fonds des Nations unies pour l’enfance. « Les hôpitaux sont saturés, l’eau se fait rare, des corps restent enterrés sous les décombres et les gens continuent de dormir à la belle étoile… Cela constitue un terreau idéal pour les maladies », a mis en garde Rownak Khan. Selon l’Unicef, 3 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire.

L’Inde et la Chine en concurrence

Dans ce pays himalayen, les rivalités géostratégiques régionales sont restées très présentes jusque dans l’organisation des secours. La Chine populaire a ainsi été très prompte à réagir pour envoyer sur place secouristes et équipes médicales ; mais elle a aussi tenté, en vain, d’empêcher le débarquement d’équipes de secours taïwanaises. C’est toutefois l’Inde, avec qui le Népal partage des liens culturels et religieux très étroits, qui a été la plus rapide à intervenir : ses avions de transport militaires et ses hélicoptères de secours ont été les premiers à se poser à Katmandou après le tremblement de terre.

L’aide hindoue aux hindous

Dès le 27 avril, Dattatreya Hosabale, l’un des principaux responsables du Rashtriya Swayamsewak Sangh (RSS, Corps national des volontaires), groupe nationaliste hindou étroitement lié au BJP (Parti du peuple indien, au pouvoir à New Delhi), était à pied d’œuvre à Katmandou pour « coordonner les activités d’aide et de secours » de la branche népalaise du groupe, connue localement sous le nom de Hindu Swayamsewak Sangh (HSS). Dattatreya Hosabale y a rencontré le Premier ministre du Népal, Sushil Koirala, par ailleurs président du Parti du Congrès népalais. Il s’est notamment plaint de la mesure prise par les autorités népalaises visant à ce que les aides et les secours venus de l’étranger passent par le canal de l’administration népalaise. Sur les réseaux sociaux, le RSS faisait valoir l’ampleur de la mobilisation de ses sympathisants et l’importance des fonds mobilisés et des actions engagées pour venir en aide à la population népalaise. Lire la suite sur le site de l’agence d’information des Missions étrangères de Paris, Églises d’Asie (eda/ra)

Tags:
hindouistesseisme nepal
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
2
PADRE PIO,I ABSOLVE YOU
Philip Kosloski
La puissante prière de guérison de Padre Pio
3
Camille Yaouanc
Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal
4
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
5
Anne Bernet
À Laval, l’irréductible (basilique) Notre-Dame d’Avesnières
6
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
7
Jeanne Larghero
Écologie : le bac à compost et les fins dernières
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement