Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 27 janvier |
Sainte Angèle Merici
home iconActualités
line break icon

Irak : Le cardinal Sandri face à la crainte d’un exode général

Paul Malo / Aleteia

women in erbil

Antoine-Marie Izoard - I.Media - Publié le 04/05/15

Le cardinal Sandri vient d'entamer sa visite dans le Nord de l’Irak à la rencontre des chrétiens déplacés.

Après trois journées passées à Bagdad (Irak), le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, est arrivé à Erbil, dans le Nord du pays, le 3 mai 2015 en fin d’après-midi. Lors d’une divine liturgie en rite syro-catholique célébrée à Erbil, il a dénoncé la « violence aveugle et destructrice » des djihadistes et déploré que l’homme n’ait rien appris des drames du siècle dernier. Au Kurdistan, il a rejoint les membres de la Réunion des œuvres d’aide aux Églises orientales (ROACO), venus évaluer les besoins sur place.

Avant de se rendre à Erbil, le cardinal Sandri a notamment rencontré à Bagdad le président puis le Premier ministre irakiens, qui ont tous deux insisté sur la présence millénaire des chrétiens dans le pays. Un Irak sans chrétiens ne serait plus l’Irak, a ainsi soutenu le Premier ministre Haïder al-Abadi, en écho aux paroles récurrentes du pape François à propos du Moyen-Orient. Quant au président Fouad Massoum, il a souhaité que le Pape puisse visiter le pays dès que la situation le permettra.

La crainte d’un exode général

À Erbil, c’est en plein air au cœur du quartier chrétien d’Ankawa, sur un terrain attenant à la paroisse syriaque, trop petite pour l’occasion, que le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales a participé à la messe présidée par le chef de l’Église syriaque-catholique, le patriarche Ignace III Younan. Le cardinal Sandri a évoqué la présence nombreuse de déplacés et son « désir » d’être au milieu d’eux. « Vous, a-t-il dit, qui portez en votre cœur et dans votre vie les signes de la violence, de la persécution et de la dissémination qui a contraint beaucoup à abandonner leurs maisons dans la plaine de Ninive, à Mossoul, à Qaraqosh et dans d’autres villages, afin de trouver un refuge sûr. »

Dans son homélie, le cardinal Sandri a évoqué le massacre des Assyriens par l’Empire ottoman, il y a un siècle. « On demeure sans voix, a-t-il alors affirmé, face aux violences ou aux agressions, mais surtout parce que le cœur de l’homme ne semble rien avoir appris des drames qui ont secoué le 20e siècle et qui se poursuivent aujourd’hui en versant d’autre sang innocent avec une violence aveugle et destructrice. » « Vos pasteurs, le Pape et l’Église universelle avec eux, craignent un exode général des terres qui sont chrétiennes depuis 2 000 ans », a encore soutenu le cardinal Sandri.

Aider les fidèles chrétiens des différents rites

À Erbil, le cardinal Sandri a rejoint une dizaine de membres de la Réunion des œuvres d’aide aux Églises orientales (ROACO), parmi lesquels des responsables de l’Œuvre d’Orient, de l’Aide à l’Église en détresse, de l’archidiocèse de Cologne et de l’Œuvre de la Sainte-Enfance en Allemagne, ou encore de l’Association nord-américaine d’aide à l’Orient CNEWA. Pendant deux jours, auparavant, les membres de la ROACO avaient visité plusieurs camps de déplacés et tenté d’évaluer, au fil de nombreuses et émouvantes rencontres, les besoins de chacun. Ils tentent ainsi d’aider les fidèles chrétiens des différents rites.

Devant la violence des djihadistes du groupe État islamique, l’été dernier, plus de 100 000 chrétiens ont été contraints de fuir leurs maisons, dans la plaine de Ninive, pour rejoindre Erbil et quelques autres camps installés au Kurdistan irakien. Les tentes installées dans l’urgence il y a neuf mois ont été peu à peu remplacées par des préfabriqués. Certains déplacés ont parfois été accueillis dans des logements de fortune, partageant bien souvent en nombre quelques mètres carrés.

Des écoles, des jardins d’enfants et des dispensaires ont peu à peu vu le jour, et la vie s’est réorganisée dans ces camps, y compris d’un point de vue spirituel. Déplacés avec leurs fidèles, les prêtres continuent de nourrir spirituellement leurs communautés, tout comme nombre de sœurs dominicaines irakiennes, particulièrement impliquées dans les centres d’accueil.

  • 1
  • 2
Tags:
Chrétiens d'Orient
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement