Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Djihad : 104 Français sont morts dans les rangs de l’État islamique

© Al Furqan
Partager

La barre symbolique de la centaine de djihadistes de nationalité française tués en Syrie et en Irak vient d’être franchie, selon les services antiterroristes.

Ils tuent, torturent, égorgent mais meurent aussi au combat ou dans une attaque suicide – telle l’attaque du 24 avril à un poste-frontière de Touraibil entre l’Irak et la Jordanie qui a fait quatre morts côté irakien, et où ont péri, du côté des assaillants, un Français et deux autres francophones, un Sénégalais et un Belge. ​(Le Monde). Certains djihadistes finissent aussi exécutés par ceux qu’ils ont rejoints sous prétexte d’une quelconque défaillance ou accusés d’espionnage.

Selon le dernier décompte communiqué samedi à l’AFP par les services français de renseignement et de lutte antiterroriste, le taux de mortalité parmi les djihadistes français serait particulièrement élevé : 104 morts sur les quelque  800 ressortissants français partis « faire le djihad » en Syrie et en Irak (450 y sont encore et 260 ont quitté la zone). « En ajoutant ceux qui ont émis le souhait de se rendre sur place ou ceux qui sont en route, 1 600 personnes environ sont impliquées dans les filières djihadistes » (Le JDD). « Selon les derniers chiffres, quelque 125 procédures antiterroristes en lien avec la Syrie sont ouvertes en France. Sur les 166 personnes mises en examen, 113 sont en détention provisoire » (L’Express).
 

Deux adolescents parmi les morts

Parmi eux, on compte deux adolescents de 12 et 14 ans qui étaient partis il y a deux ans avec leur mère, une musulmane radicalisée originaire de la région de Toulouse. Tous deux étaient apparus dans des vidéos de propagande du prétendu État islamique. Deux autres frères, majeurs eux, sont originaires de Trappes, dans les Yvelines, ville qui fait par ailleurs la une de l’actualité en raison de la fusillade qui vient de coûter la vie à un adolescent. Mais le record funèbre est détenu par la petite ville de Lunel, dans l’Hérault, qui compte à présent sept décédés parmi la vingtaine de ses jeunes partis se battre en Syrie et en Irak (Aleteia).

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]