Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Pour ses 30 ans, une association veut rendre hommage aux chômeurs

© Yann Gar - Flickr
Partager

Le réseau « Solidarités nouvelles face au chômage » souhaite profiter de cet anniversaire pour changer le regard de la société sur les personnes en recherche d’emploi.

Cette année, cela fait 30 ans que l’association Solidarités nouvelles face au chômage est au service des « chercheurs d’emploi » comme elle aime les appeler. Une belle maturité et l’occasion de faire le bilan : 30 000 personnes accompagnées, presque 3 000 rien qu’en 2014, quasiment 2 000 bénévoles à l’heure actuelle et 1,5 million de dons reçus pour aider à son financement. Avec ses 62% de taux de retour à l’emploi, l’association peut dignement fêter ses 30 ans.

« Les mots ont un sens »

Célébrer cet anniversaire comme il se doit, c’est bien ce que les membres de Solidarités nouvelles face au chômage ont l’intention de faire, tout d’abord en offrant à l’association une étude flambant neuve réalisée par un sociologue du CNRS, Didier Demazière. Le chercheur a interrogé 130 personnes de tous profils et tiré des conclusions qui permettent de répondre à des questions essentielles : comment-vit on le chômage ? Comment bien le vivre sans pour autant sombrer dans l’inaction ? Et surtout, comment s’en sortir ? Autant de réponses qui seront apportées lors de colloques organisés dans toute la France.

Cette étude est aussi l’occasion ou jamais pour l’association d’atteindre un objectif qu’elle considère primordial : changer de regard sur ce qu’on appelle communément « les demandeurs d’emploi ». Une expression que récuse Gilles de Labarre, le président de Solidarités nouvelles : « Cela fait un peu « quémandeur » d’emploi… ». En effet, le chef de fil de l’association met toute son énergie à ce qu’enfin les recruteurs ne « dévisagent » plus les candidats à l’emploi, mais qu’au contraire ils les « envisagent ». Car, pour Gilles de Labarre « les mots ont un sens » !

Des combattants de l’ombre

Changer le regard des professionnels mais aussi de la société tout entière : pour cela, il fallait tout naturellement passer par l’expression artistique, ce à quoi s’est attelé Christian Poissoinneau, ancien directeur d’entreprise et auteur de théâtre. Nourri par les témoignages de chercheurs d’emplois, il a concocté une pièce de théâtre dédiée, avec humour, à la dure réalité que traverse une personne licenciée du jour au lendemain : changement du regard des anciens collègues, de la famille, des amis… Mise en scène en totale interaction avec le public, la pièce s’intitule Un travail nommé désir et sera présentée, elle aussi, dans toute la France (les dates n’ont pas encore été annoncées).

Un programme chargé et de nombreux rendez-vous pour cet anniversaire qui se veut à la hauteur des vœux formulés par Gilles de Labarre : reconnaître tout le mérite à ces véritables « combattants de l’ombre » que sont les chômeurs. Avec bientôt 10 millions de chercheurs d’emplois en France, il est plus que jamais nécessaire de considérer ces derniers à leur juste valeur.