Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 26 septembre |
Saints Côme et Damien
home iconActualités
line break icon

Le cardinal Sandri en Irak, pour redonner espoir aux chrétiens

© Alessia GIUGLIANI / AFP

Radio Vatican - Publié le 30/04/15

Le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Églises orientales, se rend en Irak du 1er au 5 mai. Une nouvelle visite pour manifester la proximité du Pape envers les populations chrétiennes de la région.

Son voyage commence à Bagdad où le cardinal restera trois jours. Il célébrera notamment la messe de la divine liturgie dans la cathédrale chaldéenne Saint-Joseph, et rencontrera des réfugiés pris en charge par les différentes structures ecclésiales locales. Une visite est également prévue au musée national de la capitale irakienne qui renferme des trésors archéologiques de l’histoire de la Mésopotamie. Le patrimoine culturel du pays a été sévèrement endommagé, parfois détruit par les djihadistes de l’autoproclamé État islamique.

Le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales se rendra ensuite à Erbil, dans le Kurdistan irakien, pour la seconde étape de son voyage. Il sera accompagné par une délégation de la ROACO, la Réunion des œuvres d’aide aux Églises orientales, et rencontrera des réfugiés chrétiens, nombreux dans la région. Le cardinal argentin célèbrera aussi des liturgies avec les Églises syro-catholique et chaldéenne locales. Avant son retour à Rome, il présidera une rencontre rassemblant les patriarches syriaque Ignace Joseph III Younan et chaldéen Louis Sako, ainsi que des évêques du pays et les membres de la ROACO.

Avant de partir, le préfet s’est rendu mercredi à Bari, en Italie, où a lieu un colloque international organisé par la Communauté de Sant’ Egidio intitué : « Chrétiens au Moyen-Orient : quel avenir ? ». Notre collègue de la rédaction italienne de Radio Vatican, Francesca Sabatinelli, lui a posé quelques questions.

« Je crois que le titre de cette réunion nous donne le sens profond de la question que nous posent les chrétiens : "Quel sera leur futur dans cette partie du monde ?". Face à ce rythme de persécutions et de douleurs, nombreux sont ceux qui se posent la question : "Réussirons-nous à survivre ?".

Les chrétiens seront-ils l’élément d’équilibre ? Même en étant un petit troupeau, réussiront-ils à être le sel dont les pays du Moyen-Orient a besoin ? La réponse suivante est pour moi certaine : ils pourront rester et ils resteront ! Et ils constitueront un vrai trésor pour tous nos frères musulmans et d’autres religions qui vivent au Moyen-Orient et en Orient en général. 

J’inscris cette réunion de Sant’Egidio et mon prochain voyage en Irak dans le contexte du futur mais d’un futur de reconstruction, de retour biblique afin que les chrétiens continuent d’être le sel qui puisse donner un sens d’équilibre, d’amitié, de participation à toutes les communautés du Moyen-Orient.

Il faut cependant mettre matériellement fin aux souffrances des chrétiens…
Oui, certainement. L’Église le rappelle continuellement à travers la voix du pape François, à travers la lumière de tous nos frères de l’Occident. L’Église catholique agit continuellement, pas seulement par les mots mais avec solidarité devant cette catastrophe humanitaire. Nous voyons comment l’Église cherche à agir à travers Cor Unum, Caritas Internationalis : par des mots et des actions, sur requête du pape François, qui dénonce incessamment ces faits très graves.

Il y a la responsabilité des nations, de ceux qui peuvent faire ou avoir une influence pour arrêter cette violence. Il y a ensuite le devoir de toutes les autres religions d’éduquer les fidèles à trouver dans leur propre foi religieuse une stimulation au dialogue, à la coopération, au service pour les autres et non pas à la haine. Et il ne faut jamais, absolument jamais, que ce soit une violence provoquée ou justifiée par la foi religieuse.

Lorsque vous soulignez la nécessité de l’engagement des pays, vous entendez la responsabilité politique, la responsabilité diplomatique de l’Occident ?
Oui, c’est une responsabilité diplomatique. Il faudrait développer, dans les cas prévus par le droit humanitaire, des actions d’interposition pour protéger les populations à risque, pour protéger les blessés, les réfugiés. Il y a plusieurs formes d’interventions, basées sur le droit humanitaire, afin de fournir une protection humaine à toutes ces personnes.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
Chrétiens d'OrientPape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
2
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
5
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
6
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
7
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement