Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Lettre à mes parents qui ont divorcé

© Tony Guyton
Partager

Sur son blog, le père Xavier Cormary propose une lettre poignante d'un enfant qui a souffert de voir ses parents se déchirer au moment de leur divorce... mais qui veut avant tout les remercier pour lui avoir donné la vie !

Mes chers parents,

Ces dernières années, vous vous êtes déchirés. Depuis votre séparation, entre le marteau et l'enclume, je suis pris à témoin par l'un ou l'autre pour constater les erreurs, les manquements, les mesquineries, les réactions, les peaux de banane que vous vous lancez. Vous savez vous mentir, vous insulter à distance, et même accuser l'autre de tous les maux de la terre. 

Aujourd'hui, si je suis là, c'est à cause de vous ! De toi, Maman et de toi, Papa ! Un jour pas si lointain, vous vous êtes aimés, vous m'avez désiré. Et vous m'avez donné la vie. Vous m'avez fait ce grand cadeau : la VIE !

Jamais je ne pourrai prendre parti l'un contre l'autre parce que je suis le fruit de votre rencontre. Et s'il m'est arrivé de manifester un jour une préférence pour l'un ou l'autre, sans doute étais-je bien prisonnier de la situation engendrée par votre séparation. Ai-je mal agi ? Ai-je blessé votre affection ? Sans doute… Pardon pour ce que j'ai raté.

Aujourd'hui, j'ai grandi. Je peux, avec un peu de recul, me rendre compte que ma vie est un savant mélange entre vous, une précieuse potion unique qui m'a donné la vie. On me dit souvent que j'ai les yeux de ma mère, et que je ressemble à mon père…

Aujourd'hui, je sais que votre rencontre, votre amour m'a permis d'exister et d'être là. C'est grâce à vous que je peux vous écrire et savourer la vie dans ce qu'elle a de meilleur. Aujourd'hui, je ne peux pas envisager d'avoir à choisir entre l'un ou l'autre. Pourrais-je choisir d'être amputé d'une partie de moi-même ? Accepter d'être à moitié moi-même… ? Lire la suite sur le blog du père ​Xavier Cormary

Tags:
divorce
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]