Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Arménien, par la grâce de Dieu

© ANDREAS SOLARO / AFP
VATICAN-POPE-MASS-ARMENIA Pope Francis (L) greets Supreme Patriarch and Catholicos of All Armenians, Karekin II during an Armenian-Rite mass marking 100 years since the mass killings of Armenians under the Ottoman Empire, on April 12, 2015 at St Peter's basilica in Vatican. Pope Francis uttered the word "genocide" on Sunday to describe the mass murder of Armenians 100 years ago, sparking fury from Turkey which slammed the term as "far from historical reality". AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO
Partager

Dans les Cahiers Libres, retour sur le courage du pape François, qui n’a pas hésité le week-end dernier à parler de « génocide arménien » malgré la pression turque.

Le courage politique. Voilà une qualité que le monde attend de ses dirigeants. Malheureusement, je ne voudrais pas tomber dans un pessimisme très générationnel mais force est de constater que pratiquement tous les dirigeants en sont dépourvus. Tous ? Non. Une petite cité romaine abrite en son sein un vieil homme tout de blanc vêtu, imparfait comme tous les autres hommes, mais qui résiste à la tentation de taire des mots fâcheux qui pourraient froisser certains.

Ce week-end, au Vatican, ce qui s’est passé n’était pas une petite provocation médiatique dont le but était de dépoussiérer une communication que d’aucuns jugeraient dépassée. Non. Ce week-end, le pape François – et toute l’Église avec lui – avec piété et panache, a honoré la mémoire d’un peuple dont l’histoire restera à jamais marquée du sceau sanglant de la barbarie humaine.

« Le premier génocide du XXe siècle a frappé votre peuple arménien – première nation chrétienne –, avec les Syriens catholiques et orthodoxes, les Assyriens, les Chaldéens et les Grecs. » « Il n’y a pas de famille arménienne, encore aujourd’hui, qui n’a pas perdu un être cher dans ces événements : ce fut vraiment le "Metz Yeghern", le "Grand Mal", comme vous avez appelé cette tragédie. » « De nombreux Arméniens ont été capables de prononcer le nom du Christ jusqu’à l’effusion du sang ou en mourant d’inanition pendant l’exode interminable auquel ils furent contraints par les Turcs. »

Des mots forts qui rétablissent une vérité humaine et historique que la Turquie négationniste refuse de reconnaître, continuant ainsi à appuyer sur les plaies afin qu’elles ne cicatrisent pas. Lire la suite sur les Cahiers Libres

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]