Aleteia logoAleteia logoAleteia
Dimanche 22 mai |
Sainte Rita (Marguerite) da Cascia
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Kenya : après le massacre de Garissa, des parents cherchent encore leur enfant

Memorial crosses for Garissa Kenya victims – fr

AP

<div id="prtlt" style="font-family:Verdana, Helvetica, Arial, sans-serif, Geneva;font-size:11px;line-height:15px;"> <p>&nbsp;</p> </div>

Arthur Herlin - publié le 14/04/15

Alors que l'inhumation des victimes a débuté le 11 avril, certains parents ignoraient encore si leur enfant fait partie des victimes.

L’identification des corps des étudiants tués à l’université de Garrissa (Kenya) se fait dans la confusion la plus totale. Vendredi dans la matinée, les familles ont été invitées à se rendre à la morgue de Nairobi pour identifier et récupérer les corps. Pourtant, plusieurs d’entre elles n’ont pas été autorisées à repartir avec leurs proches afin de les inhumer. En effet, certaines dépouilles « ont été identifiées par deux familles différentes », témoigne George Williams à Afrik.com, chargé de contacter les proches des victimes. Il est prévu de relever les empreintes digitales des corps afin de désigner avec certitude les familles légitimes.  

Condoléances présidentielles

Sur les 148 dépouilles recensées, seules 130 d’entre elles ont pu être récupérées par leurs proches et enterrées. Jeudi, le président kenyan Uhuru Kenyatta a signé des courriers destinés aux familles touchées par la tragédie de l’université de Garrissa : il y présente ses « condoléances et celles du pays » et promet « qu’en tant que nation, nous n’oublierons jamais [les victimes], comme nous ne pardonnerons jamais à ceux qui ont pris leur vie ». Une fois que le processus d’identification sera achevé, les dernières familles devraient recevoir à leur tour la même missive présidentielle.

Tags:
garissakenyamassacreVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
FR_2_NEW.gif
Le coin prière
La fête du jour





Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement