Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sénat : 110 propositions contre les djihadistes

© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
FRANCE-CHINA-MARRIAGE-CULTURE-TRIAL-SENATE French Senate President Gerard Larcher (top C) and Senators observe a minute of silence in remembrance of Socialist party senator Jean Germain at the Senate in Paris on April 7, 2015. The former French mayor of Tours, Jean Germain, who was due to take the stand in a corruption case involving fake Chinese wedding trips in the picturesque Loire valley city, was found dead as the trial opened on April 7. AFP PHOTO / POOL / CHARLES PLATIAU
Partager

La Commission d’enquête du Sénat a remis mercredi 8 avril son rapport sur la lutte contre les réseaux djihadistes en France.

Le travail entamé il y a six mois tient en 440 pages, présentées par le sénaeur Jean-Pierre Sueur sous le titre : « Filières djihadistes : pour une réponse globale et sans faiblesse ».

Contrer le djihad médiatique

Premier chantier évoqué par le rapport, la prévention des vocations au djihad, favorisées par Internet. « La part des nouveaux convertis tend à augmenter (22% chez les hommes, 27% chez les femmes), non seulement en France mais dans le monde, en Australie, au Canada », explique Jean-Pierre Sueur. Le rapport remis au Sénat préconise de proposer des contre-modèles, en confrontant les apprentis combattants à des repentis. Dans les écoles, des cours de formation à la réception critique des contenus diffusés sur Internet seraient aussi proposés. Enfin, l’attaque des sites en ligne eux-mêmes serait à envisager. Pour utiliser le pouvoir des utilisateurs d’Internet contre les djihadistes, le rapport envisage d’imposer aux acteurs d’Internet « de permettre aux internautes de signaler tout contenu contraire à la loi ».

Un œil dans les prisons

Le renseignement pénitentiaire serait « sous-dimensionné » selon le rapport disponible sur le blog de Jean-Paul Sueur. Pour ce dernier, il faudrait « tripler dans un délai rapide les effectifs du Bureau de renseignement pénitentiaire, en y créant au moins 100 postes supplémentaires ». Quant aux djihadistes, le sénateur préconise de « mettre en place un programme de suivi des condamnés pour terrorisme débutant six mois avant la sortie de prison et s’étendant durant au moins deux ans après la fin de l’incarcération ».

Attaquer le djihad au portefeuille

Pour bloquer les fonds suspects aboutissants entre les mains des terroristes, il faudrait « doubler les effectifs de TRACFIN (le Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins, ndlr) affectés à la lutte contre le financement du terrorisme ». Les effectifs de la police de l’air et des frontières devraient augmenter, et un signalement de tout « combattant étranger » pourrait être créé dans le système d’information Schengen II.

Plusieurs pistes proposées par le rapport ont d’ores et déjà été écartées, comme la tenue de statistiques ethniques, l’obligation de prêcher en français dans les mosquées, l’interdiction du financement étranger des lieux de culte musulmans et une réforme de la filière du halal.

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]