Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Ferveur de la Croix, tiédeur du monde

DR / Twitter
chut on tue ratp
Partager

Ils étaient 176, jeunes, Kenyans, étudiants. Et chrétiens. Surtout chrétiens. Ils n’ont pas été tués pour leur nombre, leur âge, leur nationalité ou leur occupation, mais bien pour leur foi.

Choisis, triés, tués parce que chrétiens. La Passion du Christ, il y a
2 000 ans, prend soudain corps sous nos yeux. Ces 176 chrétiens assassinés ont fait leur chemin de croix, suivant leur Dieu jusqu’au calvaire, jusqu’à la mort.

Ils sont des milliers, jeunes et vieux, Irakiens ou Syriens, de toutes professions. Et chrétiens. Surtout chrétiens. Exilés, pourchassés, menacés, eux aussi en péril du fait de leur fidélité au Christ. Confrontés à un ennemi qu’ils ne peuvent pas combattre, ils appellent à l’aide, et reçoivent en retour de la « neutralité ».

« Puisque tu es tiède, je te vomirai de ma bouche »

Pour les uns comme pour les autres, on a voulu escamoter leur foi, pourtant cause première de leurs maux. On a voulu la faire disparaître, car, pour le monde, perdre tant pour ne rien gagner c’est incompréhensible. Pour le monde, cette fidélité intransigeante à un homme mort il y 2 000 ans est pure folie. Et la folie des croyants dérange. Lire la suite sur les Cahiers Libres

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]