Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 05 décembre |
Saint Gérald
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Une mère innocentée après 23 ans dans le couloir de la mort

Debra Milke – fr

© Crimefile News

Philippe Oswald - publié le 25/03/15

Condamnée à mort pour le meurtre de son petit garçon, Debra Milke, une Américaine d’origine allemande, vient enfin d’être entièrement lavée de cette accusation. Elle aura passé 23 ans à attendre son exécution.

Ce pourrait être le scénario d’un thriller. Mais c’est une histoire vraie dont on n’ose écrire qu’elle se termine par un happy end tant elle reste lourde de souffrances et d’injustice. Toutes les charges ont été abandonnées hier, lundi 23 mars, à l’encontre de Debra Milke, 51 ans, accusée à tort du meurtre de son enfant. Bien que clamant son innocence, cette mère d’un petit garçon de 4 ans avait été condamnée à mort en Arizona. Après avoir passé 23 ans dans le couloir de la mort, elle avait finalement été libérée sous caution, il y a un an et demi avant d’être relaxée, lundi dernier, par le tribunal du comté de Maracopa. « Cette femme d’origine allemande, qui a toujours clamé son innocence, a éclaté en sanglots à l’annonce de sa relaxe et a quitté le tribunal sans le bracelet électronique qu’elle portait à la cheville, rapporte le site d’ABC 15 Arizona » (Le Parisien).

Christopher allait voir le Père Noël

2 décembre 1989. Debra, alors jeune maman de 25 ans, charge son colocataire avec lequel elle a une liaison, d’accompagner Christopher, son petit garçon, dans un centre commercial de Phoenix pour aller voir le Père Noël. Mais celui-ci, un certain Jim Styers, escorté d’un ami, conduisent l’enfant dans un endroit isolé et l’abattent de trois balles de revolver dans la tête. Quels sont les mobiles de ce crime ? Selon le journaliste vaudois Jacques Secretan, auteur de Une Mère innocente condamnée à mort aux États-Unis
(Éd. Favre, 2011), « Jim Styers, un vétéran de la guerre du Vietnam qui souffrait de stress post-traumatique, avait des visées sur la jeune maman […]. Il a pu s’imaginer qu’une fois son fils disparu, celle-ci se consolerait sur son épaule » (Le Temps). Lui et son complice, un certain Roger Scott, avaient dans un premier temps assuré aux enquêteurs avoir perdu le garçonnet dans le centre commercial où ils l’avaient amené, avant que Scott ne craque et mène les policiers jusqu’au corps de l’enfant, dès le lendemain du crime, dans un ravin proche de la ville.

Tout se ligue contre la mère à son procès

Au procès, en 1990, tout s’est ligué contre Debra Milke : le copinage entre les différentes instances, les préjugés des jurés, la complicité de la presse locale, et l’incompétence de son avocat. Debra avait été inculpée sur le témoignage d’un seul enquêteur, réputé chevronné, qui avait affirmé que la jeune femme avait reconnu le meurtre devant lui, lors d’un interrogatoire. Selon l’accusation, elle avait chargé ses deux complices – qui ont également été condamnés à la peine capitale – de la débarrasser de son fils : « Ce scénario reposait sur le témoignage d’un enquêteur, Armando Saldate, qui avait affirmé que la jeune femme avait reconnu le meurtre, devant lui seul, lors d’un interrogatoire. Selon ses dires – il n’avait rien enregistré et disait avoir détruit ses notes –, Debbie lui avait confié qu’elle craignait que Christopher ne devienne comme son père un "ex-taulard drogué" et "voulait que Dieu prenne soin de Christopher", avait assuré le détective à la barre » (Paris Match). En 1997, alors que « Death Row Debbie » (« Debbie du couloir de la mort »)  avait déjà passé huit années en prison, son exécution avait été suspendue à la dernière minute par un recours lancé à la Cour suprême de l’État.

La 151e personne à échapper à la peine capitale aux États-Unis

La vérité a enfin été établie : Debra Milke n’était nullement complice de l’assassinat de son fils. « Les deux hommes, Roger Scott et Jim Styers, ont plaidé coupable et ont été condamnés à mort séparément pour le meurtre du garçonnet. (…) Ils sont toujours dans le couloir de la mort en Arizona »
(Le Monde).

« I feel finally great now » (« Je me sens enfin bien maintenant ») a simplement déclaré Debra, hier, à la sortie de l’audience. Elle est la deuxième femme et la 151e personne à échapper à la mort depuis 1973 aux États-Unis, dont neuf en Arizona, selon le décompte que tient le Centre d’information sur la peine capitale (DPIC).

Tags:
États-Unispeine de mort
Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement