Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Jean d’Ormesson : « Il faut défendre les chrétiens »

wikipedia.org
Partager

L’académicien a cosigné une pétition, relayée par l’hebdomadaire Marianne, dénonçant notamment les persécutions dont sont victimes les chrétiens d’Irak.

 
L’article de Jacques Julliard dans Marianne, récemment, était un très bel article qui montrait tout de même la nécessité d’une prise de conscience plus affirmée.

Dans cet article, il était aussi question des ambiguïtés de certains États arabes. Est-ce aussi la politique arabe de la France qui peut être remise en cause ? Les ambiguités de certains pays comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar doivent-elles interroger les stratégies de la diplomatie française aussi ?
Jean d’Ormesson :
 Oui, bien sûr. Je me suis souvent posé la question de la provenance de l’armement de l’État islamique. Malheureusement, je crois que celui-ci vient en grande partie du soutien américain qui était destiné à d’autres pays et qui a été détourné. Ils ont été saisis en Irak. Peut-être qu’il y a des aides, évidemment, de pays arabes riches et on voit bien qu’il y a une constante ascension, une surenchère dans la violence et dans l’horreur, et il faut évidemment prendre des mesures pour assécher l’aide accordée à l’État islamique par des puissances étrangères.

Vous venez d’y faire allusion, depuis quelques mois, on voit apparaître sur nos écrans des images incroyables de l’État islamique, très bien mises en scène. Est-ce là aussi une perversion de la société du spectacle ?
Jean d’Ormesson :
 Évidemment, beaucoup ont souligné la qualité esthétique de ces horreurs. Nous avons connu des horreurs : les camps de concentration allemands, le goulag russe, la révolution culturelle en Chine, les Khmers rouges. Tout ça, c’était des horreurs abominables. Mais au moins les assassins essayaient de cacher leurs méfaits. Ici, la propagande saisit cette violence et montre cette violence. On a l’impression que c’est une opération à la fois politique, esthétique et évidemment, c’est un degré de barbarie qui a été rarement atteint dans l’histoire de l’humanité.