Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Amérique du Sud : l’Église aux côtés des indigènes

José Cruz/ABr
L'Eglise du côté des ingigènes
Partager

De nombreux représentants ecclésiastiques réunis à Washington ont appelé à la défense de la cause des indigènes et des paysans sud-américains face aux industries.

Dans une interview accordée à Radio Vatican, Mgr Alvaro Ramazzini Imeri, évêque du diocèse de Huehuetenango au Guatemala, explique les raisons d’une telle mobilisation : « Les droits des peuples autochtones mais aussi de la population entière sont violés. Notre objectif est de rendre visible cette question dans un contexte plus large de violation des droits des personnes et de l’environnement : dans une logique d’écologie véritable, pas seulement la protection de la nature, mais surtout dans le soin accordé aux êtres humains ».
 

Ils se croient tout permis

En 1989, était signée la Convention 169 relative aux peuples indigènes et tribaux. Un instrument juridique accepté par la communauté internationale (encore non ratifié par la France) qui reconnaît le droit des peuples autochtones à être consultés avant tout lancement de projet industriel sur leur territoire. Pourtant, dans le cas du Guatemala, Mgr Alvaro Ramazzini Imeri estime que cet accord n’est pas respecté : « Il y a des violations liées à l’utilisation de l’eau, nous savons que l’industrie minière utilise des millions de mètres cubes d’eau dans des endroits où l’eau manque cruellement ! ». 

Dans le même temps, les sols et les populations sont littéralement empoisonnés : « Ils utilisent du cyanure pour extraire l’or, dénonce le prélat. Au Guatemala, mais aussi au Honduras et d’autres pays, l’utilisation de ce produit chimique est encore autorisée ! ». En effet, la loi est très peu contraignante pour ces industries établies sur le continent : presque tout leur est permis. Comble de l’ironie, ils ne sont soumis à aucune redevance qui pourrait dédommager les millions d’individus touchés par ces fléaux. Autant de fronts sur lesquels l’Église a décidé de mener bataille… aux côtés des plus faibles.

Tags:
indigenes
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]