Aleteia logoAleteia logoAleteia
Mercredi 22 mai |
Sainte Rita (Marguerite) da Cascia
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Père Pedro : “Ces plus petits de mes frères”

Père pedro

perepedro.com

La rédaction d'Aleteia - publié le 21/03/15

A Madagascar, depuis plus de 25 ans, le Père Pedro se bat au quotidien contre la misère.

C'est sur Madagascar, cette grande île dans l’océan indien, que l'on peut rencontrer le Père Pedro, ce prêtre argentin, d’origine slovène, lazariste de Saint Vincent de Paul. Ce missionnaire à Madagascar depuis 1970 a passé quinze années en brousse dans un des hameaux les plus déshérités de l’île, En 1989, devant la misère des familles et des enfants qui vivent dans l’immense décharge d’Antananarive, le père Pedro s’engage avec Dieu et agit ! Il va à leur rencontre et leur promet : « Ensemble, on va s’en sortir ! » Sans argent, avec la foi en Dieu et un travail acharné dans la communion et le partage, le Père Pedro et les exclus d’Antananarive créent l’association d’« Akamasoa », les bons amis en malgache. Le résultat aujourd’hui, c'est 18 villages construits de leurs mains, rassemblant 20 000 personnes : une véritable société où chacun devient une personne respectée et apprend à être responsable de son avenir. Si Dieu fait des miracles, c’est bien là-bas ! Des milliers de vies sont sauvées et s’épanouissent dans la dignité !

Ce film nous emmène à Madagascar à la rencontre du Père Pedro et de ses amis malgaches. Ce prêtre argentin, d’origine slovène, lazariste de Saint Vincent de Paul, est missionnaire à Madagascar depuis 1970. C’est en 1989 que le père Pedro va à la rencontre des familles et des enfants qui vivent dans la décharge d’Antananarive et leur promet : « Ensemble, on va s’en sortir ! ». "Quand j’ai vu ce jour là, un millier d’enfants qui défendaient leur survie avec des animaux, les chiens, les cochons qui étaient là, je suis resté muet. J’ai subi un électrochoc, expliqua le Père Pedro. Je me suis dit, ici je ne peux pas parler mais je dois agir. A ce moment là, il fallait humaniser les lieux. Bien sûr je suis prêtre, je crois en Jésus -, mais là, je suis venu en tant qu’homme, en tant qu’être humain, comme un frère qui va vers un autre frère, pour qu’il commence à sentir qu’un autre humain s’intéresse à lui, qu’un autre humain lui a tendu la main, et lui a dit « viens, on va s’en sortir ».
C’est ainsi que sans argent, avec la foi en Dieu et un travail acharné dans la communion et le partage, le Père Pedro et les exclus d’Antananarive mettent en œuvre l’association d’« Akamasoa », les bons amis en malgache. C’est entre autre aujourd’hui, 18 villages construits de leurs mains, qui rassemblent 20 000 personnes : une véritable société où chacun devient une personne respectée et apprend à être responsable de son avenir. Si Dieu fait des miracles, c’est bien là-bas ! Comme l'explique le Père Pedro, "Un bon sentiment réveille dans la personne qui est en face, un autre bon sentiment, parce que chaque personne a en soi-même une lumière, une étincelle de vie, d’amour, qui ne meurt jamais. Eh bien, il faut enflammer cette étincelle divine, cette étincelle d’amour, car c’est seulement par l’amour qu’on peut réactionner (redonner la vie), et voilà j’ai parié sur cela. Quand vous aimez, les gens répondent par amour aussi."

Tags:
OPM
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-dons-missionnaire-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement