Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Quel est exactement le miracle attribué à Louis et Zélie Martin ?

© Family Martin
Partager

Le pape François a autorisé la promulgation du décret reconnaissant le miracle attribué à l’intercession des bienheureux Louis et Zélie Martin. Mais quel est ce miracle ?

Mercredi 18 mars 2015, lors d’une audience privée avec le cardinal Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, le pape François a autorisé la promulgation du décret reconnaissant le miracle de la guérison de la petite Carmen, attribué à l’intercession des bienheureux Louis et Zélie Martin.

Dans le processus vers la canonisation, cette reconnaissance est une nouvelle étape – après l’avis favorable des médecins, des théologiens, puis des évêques et cardinaux concernés – qui devrait conduire le Saint-Père à annoncer, lors d’un prochain consistoire public, la décision et la date de la canonisation des bienheureux Louis et Zélie Martin.

Un miracle à Valence

Louis et Zélie Martin ont été béatifiés à Lisieux le 19 octobre 2008. Carmen naît quelques jours plus tôt, le 15 octobre 2008, après 28 semaines d’une grossesse très difficile pour sa mère. « Préparez-vous au pire », annonce la sage-femme. Les complications, fréquentes chez un grand prématuré, se multiplient : détresse respiratoire puis cardiaque, double septicémie, hémorragie cérébrale au stade le plus avancé, etc. L’enfant ayant vu le jour en la fête de sainte Thérèse d’Avila, son père se rend dans un carmel en dehors de la ville. Les sœurs prennent cette intention très à cœur. Les parents viennent chaque dimanche à la messe et repartent vite à l’hôpital.

Fin novembre, le cas semble désespéré. Pour la première fois, la maman a le droit de toucher son bébé et la couveuse reste ouverte. La famille se prépare au pire. Le 23 novembre, la prieure du carmel remet aux parents la prière à Louis et Zélie en espagnol. Ceux-ci ne connaissaient pas du tout le couple de bienheureux français, pas plus que leur célèbre fille sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face.

Dès le lendemain, un changement providentiel d’hôpital a lieu. Contre toute attente, Carmen le supporte, l’infection est jugulée. Le nourrisson commence à récupérer, au point de sortir le 2 janvier 2009. Un point reste cependant très préoccupant : l’hémorragie cérébrale dilate son crâne et la fait souffrir. Un examen est prévu le 19 février. Il faudra probablement l’opérer. Nouvelle « offensive » de prière auprès des parents Martin dont le reliquaire passe providentiellement au sanctuaire de Llerida quelques jours avant. Le père de Carmen, son grand frère Ismaël (né en 2004), et ses deux grands-pères s’y rendent pour les remercier et demander leur intercession. Depuis leur monastère, les carmélites se joignent à leur prière. Quelques jours plus tard, l’échographie révèle que toute trace d’hémorragie cérébrale a disparu, on ne distingue plus que des cicatrices et, ce qui est le plus surprenant – à ce jour les médecins ne peuvent l’expliquer –, l’absence totale de séquelles neurologiques ou motrices. C’est ce miracle dont le Pape a autorisé le décret de reconnaissance.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]