Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!
Aleteia

OPINION. Flagrant délit d’ivresse laïque

TaniaPS - CC (modified)
http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Logo_de_la_Republique_francaise.png
Partager

La proposition de loi Laborde voulant imposer la « neutralité religieuse » aux structures éducatives privées accueillant des mineurs mobilise les représentants des religions et fait tanguer la gauche.

communiqué de leur fédération : eux aussi relèvent que ce serait
« la première fois que serait posé en France le principe d’interdiction de subventions publiques à des activités à caractère confessionnel, alors que la loi de 1905 n’interdit que les subventions à des activités
cultuelles »
. Ils dénoncent « ce texte de circonstance, mal étudié [qui] menace les mouvements de scoutisme et, plus fondamentalement, la concorde nationale sur un sujet sensible ». « Nous en demandons le retrait », concluent-ils. Faute de quoi, « la liberté de religion, pourtant garantie par la Constitution, comme la liberté de conscience, et par la convention européenne des droits de l’homme, deviendrait un droit d’exception, marqué par la suspicion ».

Le président de l’Observatoire contre l’islamophobie au Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a pour sa part dénoncé « cette tendance à mettre en place une politique d’intolérance religieuse systématique et spécifiquement dirigée contre les musulmans, quoi qu’on en dise ».

« Une mécanique infernale »

Mais ce qui pourrait bien être le coup de grâce a été donné par l’ancien ministre socialiste Jean-Louis Bianco, devenu le président de l’Observatoire de la laïcité : jugeant « paradoxal » que des radicaux de gauche puissent « envisager d’adopter cette proposition alors qu’elle figure dans le programme du Front national pour les départementales », il a fustigé une « mécanique infernale ». Néanmoins les radicaux de gauche persistent et signent : pas question d’un enterrement ! « J’ai un accord écrit de Bruno Le Roux et un vote positif de son groupe sur la proposition votée en commission », assure leur chef de file, Roger-Gérard Schwartzenberg (Le Figaro). On verra s’ils restent aussi combatifs après les élections départementales.