Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pakistan : la famille de Salman Taseer refuse « le prix du sang »

Eglises d'Asie
Partager

Oui à un débat sur la loi sur le blasphème, non à l’acquittement de l’assassin : c’est la réponse aux islamistes des proches du gouverneur tué pour avoir défendu Asia Bibi.

Le 11 mars 2015, la famille de Salman Taseer, gouverneur de la province du Pendjab assassiné le 4 janvier 2011 par l’un de ses gardes du corps, a catégoriquement rejeté l’offre faite la veille par un groupement de partis politiques islamistes d’accepter « le prix du sang » en échange de l’acquittement du meurtrier de leur parent. La famille a déclaré qu’elle était toutefois prête à un dialogue avec ces partis, non pour négocier « le prix du sang » mais pour « ouvrir un débat sur les lois sur le blasphème », un sujet extrêmement sensible au Pakistan.

« Un apostat indigne de se dire musulman »

Le 9 mars dernier, la Haute Cour d’Islamabad statuait sur le procès en appel de Mumtaz Qadri, le garde du corps de Salman Taseer qui avait abattu son patron d’une rafale de Kalachnikov avant de revendiquer son geste comme le châtiment mérité pour « un apostat indigne de se dire musulman », coupable d’avoir « soutenu la blasphématrice Asia Bibi ». À la surprise de beaucoup au Pakistan, où l’on s’attendait à voir les juges revenir sur la peine de mort prononcée en première instance à l’encontre de Mumtaz Qadri, la Haute Cour a confirmé la sentence capitale ; seule la qualification d’acte terroriste retenue contre le meurtrier lors de sa condamnation, le 1er octobre 2011, par les juges de Rawalpindi a été abandonnée. Ce procès en appel, ajourné en janvier dernier tant l’affaire est sensible, s’est déroulé sous haute sécurité, les autorités craignant les manifestations des partisans de Mumtaz Qadri.

Le lendemain, les soutiens de Mumtaz Qadri ont déclaré qu’ils porteraient l’affaire devant la Cour suprême – comme le Code de procédure pénale leur en donne le droit. Ils ont également convoqué une conférence de presse au Club de la presse de Karachi pour annoncer qu’ils proposaient à la famille du gouverneur assassiné « le prix du sang », à savoir l’acceptation par les proches de la victime d’une somme d’argent en échange de l’arrêt des poursuites judiciaires contre le coupable, Mumtaz Qadri en l’occurrence.

Lors de l’enquête qui avait suivi l’assassinat de Salman Taseer, il était apparu que Mumtaz Qadri appartenait à un parti islamiste, le Dawat-e-Islami. Ce mardi 10 mars, ce ne sont pas les responsables de ce parti qui se sont exprimés mais ceux d’autres partis appartenant à la même école Barelvi, branche du sunnisme majoritaire au Pakistan ; quatre partis étaient représentés, le Jamiat Ulema-i-Pakistan (JUP), le Jamaat Ahle Sunnat, le Pakistan Sunni Tehreek et la Pakistan Sunni Alliance.

« Un affront à la mémoire de mon père »

Le 11 mars, Shaan Taseer, fils aîné du gouverneur assassiné, a répondu par ces mots : « Au nom de ma famille, je déclare dans les termes les plus clairs qu’une telle offre ne peut être perçue que comme un affront à la mémoire de mon père, qui a donné sa vie pour défendre un principe. Il ne saurait y avoir aucune discussion au sujet du "prix du sang" avec moi ou aucun membre de ma famille. Par conséquent, [ces quatre partis politiques islamistes] sont instamment priés de ne pas laisser penser qu’une telle offre peut être faite ».

Shaan Taseer a poursuivi ainsi : « De plus, [les partis politiques] ont mentionné qu’ils étaient "prêts pour un vrai dialogue sur l’affaire Mumtaz Qadri". J’accueille bien volontiers cette offre en comprenant qu’un tel dialogue inclura un débat sur la loi sur le blasphème, mais pas sur le prix du sang. Au cas où ces partis envisagent "un vrai débat", ils doivent en premier lieu condamner le recours à la violence ou à la menace à l’encontre des personnes ou des partis qui ne partagent pas leur point de vue ». Lire la suite Églises d’Asie

Légende photo : Le 5 janvier 2011, à Lahore : le Premier ministre Yusuf Gilani et la famille de Salman Taseer autour du cercueil du gouverneur du Pendjab assassiné la veille par son garde du corps.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]