Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jean Vanier succède à Mère Teresa et Soljenitsyne

© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partager

Le fondateur de l'Arche, qui a consacré sa vie aux handicapés mentaux, vient de se voir attribuer le prix Templeton.

C’est à Jean Vanier, aujourd’hui âgé de 86 ans, que vient d’être attribué le Templeton, un prix doté d’une bourse de 1,1 million de livres sterling (environ 1,5 million d’euros) et qui honore une personne vivante ayant apporté une contribution exceptionnelle à la dimension spirituelle de la vie par sa pensée, une découverte ou des accomplissements. Il rejoint ainsi de grands noms tels que Mère Teresa, le romancier russe Alexandre Soljenitsyne ou le dalaï-lama.

Faut-il seulement le rappeler ? Jean Vanier a fondé L’Arche en 1964. L’Arche, qui promeut l’apport des handicapés mentaux, est maintenant constituée de 147 communautés réparties sur les cinq continents. En 1972, il cofonde Foi et Lumière, aujourd’hui devenu un réseau mondial de soutien aux familles dont un membre a une déficience intellectuelle.

Jennifer Simpson, de la Fondation John M. Templeton, a expliqué que, par sa reconnaissance de l’importance de chaque individu, sans distinction de position sociale, Jean Vanier souligne la capacité de chacun d’élever les autres et de s’élever soi-même. Il recevra ce prix lors d’une cérémonie publique à Londres, le 18 mai prochain. « Quand j’ai démarré, j’avais un rêve, avait expliqué Jean Vanier, celui que les personnes handicapées soient considérées comme des êtres humains. J’avais ce rêve, mais je ne savais pas du tout comment le réaliser. Je n’avais pas de plan, j’étais seulement porté par l’intuition du moment, un sentiment de providence et la certitude d’être proche des plus faibles. J’ai fonctionné ainsi toute la vie. C’est pourquoi je dis souvent : "Laissez les gens avoir des rêves !" ».

Dans un monde où il faut désormais être parfait de la naissance jusqu’à la mort, l’oeuvre bâtie par Jean Vanier nous rappelle à notre humanité, « il faut aller vers les plus faibles. Chaque être humain est plus beau que l’on n’ose le croire ».

Tags:
arche
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]