Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 23 mai |
Saint Didier de Vienne
Aleteia logo
Culture
separateurCreated with Sketch.

En chemin vers Pâques : les cantiques bretons de la Passion

Calvaire Bretagne

© Jean-Marc Aubelle

AR GEDOUR MAG - publié le 07/03/15

Après les hymnes bretons de la fête des morts et des funérailles, puis les cantiques bretons de Noël, Ar Gedour Mag nous fait découvrir les chants de la Passion du Christ.

Dans l’Église catholique, tous les temps liturgiques ont leurs
« Grandes Heures », égales en beauté, du moins lorsque celles-ci sont célébrées dans une authentique liturgie, expression du sacré indispensable pour élever les âmes vers Dieu et comprendre tout le sens de ces Mystères.

Noël (Mystère de l’Incarnation) et la Semaine Sainte, tout particulièrement le Vendredi Saint (Mystère de la Rédemption), ont comme une place privilégiée, car ces deux temps forts de la vie chrétienne sont indissociables. Sans le premier, il n’y a pas le second. Ils sont l’Alpha (le Commencement) et l’Oméga (la Fin) de la Révélation accomplie.

Si Noël a été une source d’inspiration dans le Merveilleux chrétien, le Vendredi Saint a très souvent permis à l’art chrétien de se sublimer, et d’être un chemin privilégié vers la foi. Que d’artistes, peintres, sculpteurs, musiciens ont été inspirés, transcendés par la Passion. Tout le monde connaît les Piétas, dont la plus célèbre est celle de Michel-Ange, ou des « Descentes de Croix ». Rappelons aussi le très beau film La Passion de Mel Gibson, ou bien le Golgotha du cinéaste suédois Karl Dreyer. Ou encore ces « Passions » jouées, dont la plus célèbre est celle d’Oberammergau en Bavière, et en Bretagne, celle jouée à Loudéac, voire la Ar Basion Vraz – la Passion celtique, proposée depuis plus de 20 ans par la troupe Ar Vro Bagan.

Dans les années soixante, la Passion se jouait encore sur le parvis de Notre-Dame de Paris, avec le concours de la population et des autorités de la capitale. Aujourd’hui, cela est impensable, car les vestales de la laïcité veillent sur la virginité de « l’Espace public et républicain ». On préfère plonger le Christ dans l’urine, comme dans « Piss-Christ » de « l’artiste » Andres Serrano ou le ridiculiser comme dans « Golgota PicNic » de Rodrigo Garcia. Cela dans la même ligne que l’interdiction des crèches, car l’Enfant Jésus qui annonce le Rédempteur dérange dans une Europe apostate, et qui n’aime guère ses propres enfants, la famille comment alors aimerait-elle la Sainte Famille ?

Stabat Mater

Le Vendredi Saint, c’est la colline du Golgotha, et au pied de la Croix se tient la Mère du Sauveur. La douleur de Marie a été une source d’inspiration pour la liturgie et donc pour la musique sacrée . L’œuvre la plus célèbre est le « Stabat Mater », l’hymne par excellence du Vendredi Saint et de tous les chemins de Croix, l’hymne que tout grand musicien voulait intégrer à l’une de ses œuvres. Le Stabat Mater nous fait communier à la douleur extrême de Marie devant le corps meurtri et sanglant de son fils. Lire la suite sur Ar Gedour mag

Tags:
BretagneSemaine sainte
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Aidez-nous à couvrir les frais de production des articles que vous lisez, et soutenez la mission d’Aleteia !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts. Profitez-en !

(avec déduction fiscale)
Gif-exister-NONPOP.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement