Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Oui, les ados sont addicts au smartphone, même la nuit

©Pumee Poonnin
Partager

Une nouvelle étude menée en Île-de-France pointe l’addiction aux smartphones dont sont victimes les ados.

N’importe qui peut constater le temps phénoménal que passent les jeunes devant l’écran de leur portable, dans la rue, à table parfois, dans les transports, en tout temps, en tout lieu. Une nouvelle forme d’addiction vient d’être détectée par les chercheurs spécialistes du sommeil du réseau Morphée : nombreux sont les adolescents qui restent connectés la nuit, ce qui a des conséquences sérieuses sur le temps et la qualité du sommeil.

Les adolescents boudent Morphée

Réalisée au cours de l’année scolaire 2013-2014 auprès de 776 collégiens d’île-de-France, l’enquête montre une augmentation du temps d’utilisation des appareils connectés en soirée et la nuit. Parmi les 12-14 ans, 73,5% profitent d’un éveil nocturne spontané pour consulter leur portable, 15% en profitent pour envoyer un message. Ou encore, un jeune sur deux avoue passer au moins une heure sur un appareil (tablette, ordinateur, téléphone portable) après le dîner. Cas extrême, plus de 10% des collégiens interrogés programment des réveils nocturnes pour interagir sur leur smartphone.

« Nos ados sont des mutants »

Les effets ne tardent pas à se faire sentir : 30% des ados ont du mal à se réveiller tandis que 23% se sentent somnolents. Pour la psychiatre Sylvie Royant-Parola, présidente du réseau santé Morphée, auteur de cette étude, « nos ados sont des mutants, le sommeil n’est plus un moment isolé où tout s’arrête avant une nouvelle journée ». Le manque de sommeil généré par cette habitude influe sur le comportement, les résultats scolaires et sur la physiologie des individus, tout particulièrement les plus jeunes. Sylvie Royant Parola affirme même « qu’il y a un rapport établi entre la privation de sommeil et la prise de poids ; le manque de sommeil influe sur tout le métabolisme ».

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]