Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Les chrétiens de Syrie pris au piège d’une guerre oubliée

AP Photo/Hussein Malla
Partager

L’offensive de l’État islamique en Syrie a quelque peu éclipsé la confrontation entre le régime de Bachar El-Assad et la rébellion, qui entre dans sa cinquième année.

On l’oublierait presque, mais le conflit a fait plus de 210 000 morts, près de quatre millions de Syriens réfugiés dans les pays voisins, et sept millions de déplacés internes.

Le prêtre syrien Nawras Sammour, est le directeur du Service jésuite des réfugiés (JRS) en Syrie. Joint par Radio Vatican ces derniers jours à Bruxelles, en Belgique, il décrit le sentiment de la population de Damas, la capitale et l’inquiétude des Syriens.

« Les gens vivent l’immédiateté, le moment présent, sans se poser beaucoup de questions, sans poser beaucoup de questions, confie le père Sammour. (…) Nous nous accoutumons, mais déjà, le simple fait de s’accoutumer, est une très mauvaise chose. C’est une certaine forme de fatalisme qui fait mal. (…) Même si la vie continue tant bien que mal, certains ont baissé les bras. »

Face aux avancées de l’État islamique, « la plus grande inquiétude maintenant, est que l’organisation gagne de plus en plus de terrain en Syrie et nous devons nous poser la question de savoir quelle sera la Syrie de demain, s’interroge-t-il. Quelle forme la Syrie va-t-elle prendre ? C’est notre préoccupation principale actuellement : les djihadistes vont-il gagner plus de terrain et être encore plus présents en Syrie ? ».

« Avant, je n’osais pas employer ces mots, ajoute-t-il, je n’en étais même pas convaincu. Mais maintenant, je dirais qu’il y a une volonté et un travail systématique d’éradiquer toute présence chrétienne en Syrie. Pas seulement en Syrie mais dans toute la région. » 

Écouter l’intégralité de cette interview sur le site de Radio Vatican