Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Intelligence émotionnelle : les 18 signes pour reconnaître les « mentalistes »

© geniuscook_com/SHUTTERSTOCK
Partager

À ce petit jeu, ce ne sont pas les plus gros QI qui s’en sortent le mieux, explique Atlantico…

L’intelligence émotionnelle, c’est-à-dire l’art de jongler avec les émotions, permet d’adapter notre comportement à toutes les situations, de naviguer dans une société toujours plus complexe, et de prendre les bonnes décisions.

Au début des années 1990, la découverte de l’intelligence émotionnelle a levé le voile sur une bizarrerie : 70% des personnes dotées d’un QI moyen dépassent celles qui ont un QI élevé. Avec la mise en évidence du rôle de l’intelligence émotionnelle, l’idée, largement répandue, que seul le QI pouvait mesurer la réussite, a été battue en brèche.

Aujourd’hui, les chercheurs s’accordent pour dire que l’intelligence émotionnelle est LE critère qui distingue les génies du commun des mortels. L’intelligence émotionnelle (IE), c’est l’art de manier les émotions qui influent sur notre comportement, nous permettent de naviguer dans une société toujours plus complexe, et de prendre les bonnes décisions.

Interrogé par Psychologies, le psychologue américain Daniel Goleman décrit ainsi cette forme d’intelligence comme « un art d’utiliser ses émotions » et distingue cinq compétences qui la caractérisent : la conscience de soi, la maîtrise des émotions, la motivation, l’empathie et la capacité à entrer en relation.

Si son rôle est avéré, elle reste difficile à mesurer. Comment savoir si nous maîtrisons l’art des émotions ? Comment améliorer notre intelligence émotionnelle si nous en sommes dépourvus ? Dans un article publié le 8 février sur LinkedIn, le Dr Travis Bradberry, co-auteur de Intelligence émotionnelle 2.0 (en anglais), a listé les 18 signes qui caractérisent un savoir-faire émotionnel aiguisé, à partir d’un test réalisé auprès de plus d’un million de personnes.
 

1. Votre vocabulaire émotionnel est diversifié

Tout le monde ressent des émotions. En revanche, seules 36% des personnes sont capables de les identifier précisément lorsqu’elles surviennent, selon l’étude réalisée par TalentSmart. Problème : les émotions, lorsqu’elles ne sont pas nommées, peuvent être cause d’incompréhensions, conduire à des choix irrationnels et à des actions contre-productives.

Au contraire, les personnes dotée d’une intelligence émotionnelle aiguë maîtrisent leurs émotions parce qu’elles les comprennent, et utilisent un large vocabulaire pour les décrire. Quand beaucoup de personnes disent : « Je vais mal », les personnes à l’intelligence émotionnelle fine peuvent identifier si elles se sentent « irritables », « frustrées », « opprimées » ou « anxieuses ». Plus les mots sont précis, plus on comprend les émotions vécues, et la meilleure manière d’y faire face.

2. Vous êtes curieux vis-à-vis des autres

Peu importe s’ils sont introvertis ou extravertis, ceux qui maîtrisent l’art des émotions sont curieux vis-à-vis des personnes qui les entourent. Cette curiosité est le fruit de l’empathie, une des meilleure manières de développer l’IE. Plus vous vous souciez des autres, plus vous serez curieux de ce qu’ils vivent.

3. Votre regard évolue

Les personnes dotées d’une grande intelligence émotionnelle sont flexibles et s’adaptent en permanence. Elles savent que la peur du changement paralyse l’action et menace leur bonheur. Elles sont perpétuellement à l’affût de l’inconnu, et elles sont prêtes à élaborer un plan d’action pour faire advenir le changement. Lire la suite sur Atlantico