Aleteia logoAleteia logoAleteia
Jeudi 02 décembre |
Sainte Bibiane
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Le pape François n’oublie pas les chrétiens d’Irak et de Syrie

Aleteia

Radio Vatican - publié le 02/03/15

Le Proche-Orient et le Venezuela ont été au cœur des prières du Pape après l'Angélus de ce dimanche.

Après la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, ce dimanche midi, le Pape a assuré être proche et prier sans relâche « pour que soit mis fin à l’intolérable brutalité dont ils sont victimes ». Malgré sa retraite cette semaine à Ariccia pour les exercices spirituels de Carême de la Curie romaine, le Pape a pensé aux « violences, aux enlèvements de personnes et aux abus commis sur les chrétiens et les autres groupes ». Il a ainsi offert vendredi avec les membres de la Curie, la dernière messe des exercices spirituels à ces chrétiens persécutés.

Prier pour les chrétiens d’Orient

Le pape François a également demandé à l’ensemble des fidèles présents lors de cet Angélus, « selon leurs possibilités, de soulager les souffrances de ceux qui sont dans l’épreuve, souvent à cause de la foi qu’ils professent ». Le Pape a ainsi demandé à tous de prier pour eux et a observé quelques instants de silence. Mardi matin, on apprenait l’enlèvement de plusieurs dizaines de chrétiens assyriens dans la région d’Hassaké dans le Nord de la Syrie par des combattants de l’État islamique. Cette nouvelle a provoqué l’exode de plusieurs centaines de familles qui ont quitté leurs villages pour se réfugier dans les villes et notamment à Hassaké. Les informations concernant le sort de ces chrétiens sont minces et les récentes exactions des djihadistes en Syrie, mais aussi en Irak ou en Libye, ne cessent de préoccuper l’ensemble de la communauté chrétienne syrienne tout comme les Églises occidentales.

Vives tensions au Venezuela

Le Venezuela est un autre pays qui inquiète le pape François. Après avoir rappelé qu’il priait pour les chrétiens du Proche-Orient, il est revenu sur la situation de « vive tension » qui prévaut dans ce pays d’Amérique latine depuis plusieurs semaines et qui a culminé avec la mort d’un jeune garçon de 14 ans « tué il y a quelques jours à San Cristobal ». « J’exhorte tout le monde à refuser la violence et à respecter la dignité de chaque personne et la sacralité de la vie humaine et j’encourage à reprendre un chemin commun pour le bien du pays, rouvrant des espaces de rencontre et de dialogue sincères et
constructifs. »

Mercredi, des dizaines de personnes s’étaient retrouvées devant la nonciature apostolique à Caracas pour réclamer la médiation du pape François dans la crise que traverse le Venezuela. Il y a un an, alors que pays connaissait déjà une crise politique entre la majorité et l’opposition, le Saint-Siège avait été invité à participer à des discussions officielles et avait manifesté sa disponibilité pour promouvoir le dialogue entre les différentes forces politiques.

Se laisser transfigurer par l’amour

Auparavant, lors de la prière de l’Angélus ce dimanche midi place Saint-Pierre, le Pape est revenu sur l’épisode de la Transfiguration, au cœur de l’Évangile de ce deuxième dimanche de Carême. Si Jésus montre à Pierre, Jacques et Jean cette Transfiguration, c’est pour mettre fin à un malentendu. Jésus est en chemin vers Jérusalem où doit se dérouler « son sacrifice rédempteur », ce que « les foules ne comprennent pas ». Le Pape explique que « face à perspective d’un Messie qui contraste avec leurs attentes terrestres, elles L’ont abandonné. Elles pensaient que le Messie aurait été un libérateur de la domination des Romains, un libérateur de la patrie ». C’est pourquoi Jésus « décide de montrer un avant-goût de sa gloire » aux trois apôtres.

« Jésus se révèle ainsi comme l’icône parfaite du Père, l’irradiation de sa gloire. C’est l’accomplissement de la révélation, c’est pourquoi à côté de Lui transfiguré apparaissent Moïse et Élie qui représentent la Loi et les prophètes. Cela signifie que tout finit et tout commence en Jésus, dans sa Passion et dans sa Gloire. »

D’où cette consigne que le Pape rappelle : « Écouter Jésus » car « le chemin de Jésus nous porte toujours vers le bonheur. Il y aura bien une croix en travers, des épreuves, mais à la fin Il nous porte toujours vers le bonheur. Jésus ne nous trompe pas », s’exclame alors le Pape. Et d’inviter alors tous les fidèles à se laisser transfigurer par l’Amour.

Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement