Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les Kurdes à l’offensive contre l’État islamique

© AHMED DEEB / AFP
Kurdish Peshmerga fighters pose for a picture during a break in fighting against Islamic State (IS) group on November 8, 2014 in the Syrian besieged border town of Ain al-Arab (known as Kobane by the Kurds). US-led air strikes hit jihadist positions in the north and east of Syria, including an oil field, the Syrian Observatory for Human Rights said. AFP PHOTO / AHMED DEEB
Partager

Sur le terrain, en Syrie et en Irak, ce sont les peshmergas qui s’avèrent les plus redoutables adversaires de Daesh.

Sa retraite de Carême n’empêche pas le pape François de penser aux  chrétiens d’Irak et de Syrie. Après la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, ce dimanche midi, le Pape a assuré être proche et prier sans relâche « pour que soit mis fin à l’intolérable brutalité dont ils sont victimes » (Vatican.va).

De nouveaux revers pour l’État islamique

Sur le terrain, un espoir naît de la contre-offensive des Kurdes, redoutables combattants. Certes, les chrétiens ont quelques raisons de s’en défier aujourd’hui comme par le passé (Aleteia). Mais le fait est qu’en Syrie, les peshmergas (combattants kurdes) viennent d’infliger de nouveaux revers aux djihadistes du pseudo État islamique en s’emparant vendredi dernier de Tall Hamis qui était depuis un an « une de leurs places fortes dans la province de Hassaké, dans le Nord-Est du pays » ainsi que « d’une centaine de villages et hameaux de la région » (France 24). Cette information donnée par l’Union démocratique kurde (PYD), principal parti kurde de Syrie, a été confirmée par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Sept jours de combats ont été nécessaires pour cette reconquête d’une bande de territoire reliant Tall Hamis à la frontière avec l’Irak à laquelle ont contribué les bombardements de la coalition menée par les États-Unis. Au moins 175 djihadistes ont été tués, tandis que les Kurdes perdaient 30 combattants, dont un Australien, premier mort occidental au sein des unités kurdes en Syrie.

Cette large offensive a été décidée à la suite des enlèvements de 220 ou 350 (selon les sources) chrétiens assyriens dans la province de Hassaké qui ont aussi provoqué l’exode de près de 5 000 personnes. « La communauté assyrienne est l’une des plus anciennes converties au christianisme. On en compte environ 30 000 en Syrie. Ils représentent 1,2% du million de chrétiens syriens et vivent en majorité dans le Nord-Est du pays » (La Dépêche du Midi).

Reprendre Mossoul

Côté irakien, les Kurdes ont l’ambition de reconquérir Mossoul, aux mains de l’État islamique depuis neuf mois. Cela suppose l’aide active des Américains et l’engagement d’une armée irakienne revigorée. « Reprendre Mossoul reviendrait à infliger un coup très dur à l’État islamique. C’est de là que les djihadistes tirent une bonne partie de leurs revenus, en rackettant les commerçants. "Surtout, si Mossoul tombe, cela gênera considérablement leur connexion avec la Syrie", anticipe un officier peshmerga. Le début de la fin pour Daesh ? » (Le JDD).

L’offensive pourrait avoir lieu au moins d’avril avec 25 000 hommes – cinq brigades irakiennes et trois de peshmergas. La bataille s’annonce meurtrière, les djihadistes s’étant retranchés dans la ville avec un armement abondant (chars, véhicules blindés, roquettes) abandonné dans sa fuite par l’armée irakienne. Reste que Mossoul est une ville sunnite et irakienne : même s’ils sont excédés ou terrorisés par Daesh, ses habitants n’ont aucune envie de tomber sous domination kurde, ni chiite. Il faudra donc que ce soit majoritairement des combattants non seulement sunnites mais irakiens qui la libèrent.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]