Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 octobre |
Saint Isaac Jogues
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

DÉCRYPTAGE. L’euthanasie lente

© Otna YDUR / SHUTTERSTOCK.com

Liberté politique.com - Publié le 01/03/15

La sédation profonde ? Une astuce verbale pour désigner une sédation à but euthanasique, explique le philosophe Bruno Couillaud.

La proposition de loi discutée actuellement dans nos Assemblées, parle dans ses motifs de « sédation profonde jusqu’au décès » et de « sédation profonde et continue pour accompagner l’arrêt de traitement ». Une astuce verbale pour désigner une sédation à but euthanasique.

Dans l’article 3 de la proposition de loi Claeys-Leonetti, le procédé dont on demande l’autorisation est décrit précisément comme « un traitement à visée sédative et antalgique (c’est-à-dire pour faire dormir et apaiser la douleur) provoquant une altération profonde et continue de la vigilance jusqu’au décès associé à l’arrêt de l’ensemble des traitements de maintien en vie ».

Quel jugement porter sur ce nouveau dispositif ? Cela ne semble pas être directement une euthanasie, qu’on définit communément comme une action ou une omission qui de soi ou dans l’intention donne la mort afin de supprimer toute douleur.

La sédation temporaire

Pourtant la sédation existe déjà, elle est pratiquée et autorisée. Comme sédation en « phase terminale ». Elle est temporaire, quand il s’agit d’atténuer les souffrances de tous ordres, douleurs physiques, souffrances psychologiques ou morales, voire tout simplement d’offrir au malade un moment de repos dans son dernier combat.

Ces sédations ne sont pas irréversibles, on en revient ; elles peuvent d’ailleurs se répéter. Il se peut aussi que le malade s’éteigne au cours de l’une d’entre elles sans qu’on l’ait voulu directement. Cette sorte de sédation, temporaire et réversible, que certains malades peuvent d’ailleurs refuser, de multiples raisons peuvent la justifier : améliorations imprévues, changement de décision du malade lui-même, meilleures réactions aux soins, etc.

Retenons surtout que c’est la phase de la maladie qui est dite ici terminale, autant qu’on puisse en juger, mais ce n’est pas la sédation elle-même, qui n’est, dans ce cas, qu’un élément des soins palliatifs. On a même vu des malades revenir pour un temps, mystérieusement, de cette période qui semblait terminale. Lire la suite sur Liberté Politique


Tags:
euthanasie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
3
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
4
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
5
Mathilde de Robien
Rapport Sauvé : au cœur de la souffrance, des témoignages chargés...
6
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
7
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement