Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 14 juin |
Saint Elisée
home iconActualités
line break icon

Vietnam. Mort mystérieuse d’un haut cadre communiste

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 25/02/15


La réussite de Nguyên Ba Thanh dans la mégapole du Centre-Vietnam a nécessairement concentré sur son auteur l’attention des hauts dirigeants du Bureau politique et du Comité central, dont il était membre depuis longtemps. Dans un contexte de tension extrême entre le Premier ministre, Nguyên Tân Dung, et le secrétaire général du Parti communiste, Nguyên Phu Trong, ce dernier avait confié à Nguyên Ba Thanh la responsabilité d’une redoutable commission dépendant directement du pouvoir central et appelée « Nôi Chinh ».

L’objectif principal de cet organisme nouvellement créé est la surveillance des membres de la nomenklatura au plus haut niveau et l’élimination de la corruption sous toutes ses formes, une corruption qui a survécu à toutes les campagnes dirigées contre elle, depuis des dizaines d’années, soupçonnée d’être encouragée au sein du Parti vietnamien par les voisins chinois. Le choix du gérant de la ville de Danang comme responsable de cette commission par le secrétaire général du Parti avait été soigneusement préparé. Selon des sources d’information indépendante, il aurait confié : « Lorsqu’on veut attraper les souris, il faut soigneusement préparer le piège… ».

Nguyên Ba Thanh se trouvait donc à la tête d’un organisme d’autant plus dangereux pour les membres corrompus du Parti que les articles 278, 279 et 289 du Code pénal prévoient la peine de mort pour des tentatives de corruption dont le montant dépasse 500 millions de dongs (20 600 euros).

L’étendue des pouvoirs confiés au responsable de la commission Nôi Chinh a nécessairement conduit une partie de la population, déjà émue par le décès de cet homme talentueux, à suspecter le caractère naturel de sa disparition. Un observateur australien du Vietnam, généralement très pondéré dans ses jugements, le professeur Carl Thayer, a fait cette remarque, le 18 février, jour des obsèques du responsable de la commission Nôi Chinh : « Nguyên Ba Thanh avait été placé à la croisée des chemins et n’importe qui, dans cette position, aurait été brisé ou, du moins, neutralisé… ».

De l’agence d’information des Missions Etrangères de Paris (MEP), Églises d’Asie (eda/jm)

Légende photo : Nguyên Ba Thanh, ancien responsable de la ville de Danang et puissant patron de la Commission Nôi Chinh, mort le 13 février 2015.

  • 1
  • 2
Tags:
communismevietnam
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
La plus belle question à poser à votre conjoint le soir en rentra...
2
WEB2-MAYLINE-MIRACLE-EMMANUEL TRAN
Agnès Pinard Legry
La guérison de Mayline, le miracle attribué à Pauline Jaricot
3
Mathilde de Robien
Ces petites croix qui guérissent et qui sauvent
4
Domitille Farret d'Astiès
Comment savoir si on est amoureux ? L’explication lumineuse de Mi...
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir pour comprendre la démission (refusée par le...
6
Mathilde de Robien
Mode d’emploi pour prier le chapelet
7
Brother, Sister, Family
Edifa
Parents, évitez ces erreurs avec votre aîné
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement