Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 octobre |
Saint Luc
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

ENTRETIEN. Mgr Pascal Gollnisch : « Les islamistes n’ont pas le monde musulman derrière eux »

© Œuvre d'Orient

Mathilde Rambaud - Publié le 21/02/15

Le directeur de l'Œuvre d'Orient reste confiant sur le retour, à plus ou moins long terme, des chrétiens dans la plaine de Ninive. Il en appelle à une intervention militaire de grande ampleur.

Pensez-vous qu’une issue favorable soit envisageable pour les chrétiens au Moyen-Orient ?
Mgr Pascal Gollnisch : Dans le court terme, nous faisons face à une situation difficile, inquiétante et angoissante. Nous sommes confrontés à des forces extrêmement cruelles qui veulent forcer toutes les minorités qui ne leur conviennent pas à fuir le Moyen-Orient. Ces force sont mues par des volontés « génocidaires », selon les propres mots de Laurent Fabius (ministre français des Affaires étrangères, ndlr). Dans le court terme, la situation est donc très difficile et il faudrait engager davantage de moyens pour neutraliser les forces les plus violentes. Dans le moyen et le long terme, même si je ne suis pas devin, je pense qu’il n’y a pas d’avenir au Moyen-Orient sans les chrétiens. Ils pourraient sans doute être heureux ailleurs que dans cette région, mais un Moyen-Orient sans chrétiens connaîtrait beaucoup de difficultés. Les chrétiens permettent d’avancer vers la pleine citoyenneté pour tous, dans le vivre ensemble et le respect de chacun. Nous voyons bien que dans les pays qui n’ont pas de vraie présence chrétienne, ou quand celle-ci est bâillonnée, la liberté fondamentale est très en retrait. 

Une fracture irrémédiable ne s’est-elle pas créée au Moyen-Orient entre chrétiens et musulmans, en particulier en Irak ?
Mgr P.G. : Non je ne le crois pas, parce que ce sont les musulmans aussi qui sont visés par ces violences. Ce ne sont pas des violences de musulmans contre des chrétiens. Ce sont des violences de fondamentalistes face à des gens de bonne volonté. Et parmi ces gens de bonne volonté, il y a des musulmans. Je ne pense pas du tout que la fracture se situe entre musulmans et chrétiens. La situation est aujourd’hui compliquée mais tout n’est pas perdu.

Certaines familles chrétiennes ont assuré ne pas vouloir rentrer chez elles suite à la trahison de leurs propres voisins, estimant ne plus pouvoir leur faire confiance. Ces derniers n’étaient pourtant pas des fondamentalistes avérés…
Mgr P.G. : Cela a en effet été rapporté, mais ces informations mériteraient d’être vérifiées car il y a aussi des musulmans de Mossoul qui ont payé de leur vie le fait d’avoir aidé des chrétiens. Nous ne pouvons rien affirmer en ce sens car nous n’étions pas sur place quand ces événements se sont produits. Vous savez, la ville de Mossoul compte plus d’un million d’habitants. Sur ce million d’habitants, il y a sans doute des gens malveillants, mais il y a aussi des gens bienveillants. Le retour dans Mossoul sera très difficile. Nous visons le retour des réfugiés dans les zones chrétiennes de la plaine de Ninive, autour de Mossoul. Cela pourrait déjà être le cas si l’on avait pris suffisamment de moyens. 

La solution viendra-t-elle des politiques ou s’agit-il davantage d’un travail de fond et d’un dialogue entre les religions ?
Mgr P.G. : La solution viendra des militaires malheureusement. C’est là qu’il faut mettre les moyens. Il y a des solutions politiques bien sûr, mais elles dépendent également de la capacité du gouvernement de Bagdad et de celui porté par le gouvernement d’unité nationale. 

Estimez-vous que le gouvernement français a pris conscience de la gravité de la situation au Moyen-Orient ?
Mgr P.G. : Bien sûr le gouvernement français intervient, mais il ne peut pas tout faire. L’engagement européen devrait être beaucoup plus fort. Ce sont des opérations qui ont un certain coût. Il n’y a pas de raison que le budget de la France supporte à lui-seul l’ensemble de l’intervention européenne. Il faut que l’Europe, sans doute, agisse davantage. 

Suite aux attentats en France du mois de janvier, beaucoup de responsables religieux ont pris publiquement position pour défendre les autres religions. Pensez-vous que cette situation puisse se pérenniser en France ?
Mgr P.G. : Cela n’est pas une nouveauté en soi. La situation semble nouvelle pour la France, mais au Moyen-Orient ces prises de position sont quotidiennes. Il est d’ailleurs très intéressant de voir que parmi les victimes de ces attentats il y avait aussi des musulmans. Les journalistes de Charlie Hebdo n’ont pas été tués parce qu’ils étaient chrétiens. À nouveau, ce n’est pas un combat des musulmans contre les chrétiens, mais bien entre des gens violents fondamentalistes et des personnes qui aspirent à plus de liberté et de modernité. Je pense que la France prend conscience de la violence que nous dénonçons tous les jours au Moyen-Orient. C’est indéniablement la même violence ! C’est la même violence fondamentaliste et djihadiste qui a frappé en France et qui frappe tous les jours en Orient. Je pense que nombre de musulmans, en France comme en Orient, refusent cette attitude, et ont même crié leur dégoût face à ces comportements. Et c’est cela qui me fait espérer. Des musulmans ont chassé les islamistes en Tunisie et en Égypte. Ils le feraient s’ils pouvaient s’exprimer en Syrie. Il y a un rejet du monde musulman par rapport à ce fondamentalisme. Ne croyons pas que les islamistes ont le monde musulman derrière eux. 

Pensez-vous que la jeune génération catholique a une meilleure connaissance de l’islam que celle de leurs parents ou de leurs grands-parents ?
Mgr P.G. : Je pense que les jeunes Français connaissent l’islam beaucoup mieux que leurs parents et leurs grands-parents. Leur connaissance n’est cependant sans doute pas suffisante, D’autant que l’islam n’est pas une réalité unique. Ce n’est pas parce que l’on aura lu le Coran que l’on connaîtra l’islam. Il faut découvrir ses traditions et sa diversité. L’islam est aujourd’hui d’une extraordinaire diversité et c’est un réel investissement intellectuel, spirituel et personnel de le connaître. Ce point demeure encore sans doute à faire.

  • 1
  • 2
Tags:
Chrétiens d'OrientIslampascal gollnisch
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Mathilde de Robien
Sept idées reçues sur la chasteté
2
Mathilde de Robien
Les questions à se poser pour savoir si on aime vraiment
3
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
4
Agnès Pinard Legry
Le miracle qui va faire de Jean Paul Ier un bienheureux
5
Bracelet Marie-Antoinette
Marzena Devoud
L’émouvante histoire du bracelet de Marie-Antoinette
6
Pope Francis - speech
I.Media
Le pape François plaide pour l’inculturation de l’Évangile
7
Mathilde de Robien
La pyramide de la patience ou les étapes de la relation amoureuse
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement